jeudi 4 décembre 2014

Transparency international

Une première, la visite du président de Transparency International en Mauritanie, Pr Eigen Peter. Il a été reçu par les premiers responsables du pays dont le Président de la République.
«Nous avons exprimé à cette occasion l'importance qu'accorde notre organisation au combat que mène le gouvernement mauritanien contre la corruption et son écho favorable à travers le monde entier. Nous avons également évoqué avec le Président de la République les grandes réalisations accomplies par la Mauritanie dans ce cadre notamment dans le domaine des industries extractives».
Ces belles paroles arrivent à la veille de la publication d’un nouveau rapport de l’organisation. Un rapport qui classe la Mauritanie à la 124ème place sur les 175 pays traités. Un classement qui détonne avec les appréciations plutôt positives de la délégation de Transparency. D’ailleurs, l’organisation a décidé de la tenue d’un congrès pour toute l’Afrique en janvier prochain. Il réunira à Nouakchott tous les intervenants en matière de bonne gouvernance et aura justement pour thème «la gouvernance et le développement».
«Cette rencontre continentale, a expliqué le président de Transparency, offrira l'occasion de dressé le bilan de la Mauritanie en matière de lutte contre la corruption car le choix de cet important thème mérite beaucoup de respect et de reconnaissance». Et de souligner avoir enregistré «la volonté et la détermination requises pour accomplir ce travail» auprès du Président Ould Abdel Aziz.
Pour conclure, le président de Transparency International a déclaré : «La visite est importante et nécessaire. Elle nous a permis de sortir avec la volonté de soutenir la Mauritanie dans ses efforts. Nous apprécions aussi le rôle du ministre des affaires économiques et du développement, de la commission des marchés publics, de l'inspection générale de l'Etat, de la société civile et de la presse que nous avons rencontré au cours de cette visite».

La nouvelle approche de TI dément catégoriquement toutes les allégations répétées çà et là par les détracteurs de Ould Abdel Aziz. Le classement peu reluisant que faisait l’organisation apportait un argument de plus aux opposants qui l’exploitaient à outrance. Quelle appréciation feront les politiques de l’attitude positive toute nouvelle de TI qui entend faire de la Mauritanie un modèle ?

Aucun commentaire:

Publier un commentaire