dimanche 18 février 2018

Editorial La Tribune 743 du 12/2

En recevant en grande pompe son homologue sénégalais, le Président Mohamed Ould Abdel Aziz a donné un signal fort quant à sa prise de conscience de la nécessité pour la Mauritanie de vivre en harmonie avec son voisinage immédiat.
Oui, tous ceux qui n’ont pas de raisons particulières de dénier à Ould Abdel Aziz l’intelligence de comprendre ce fait, lui reconnaissent ses efforts de faire revenir la Mauritanie dans son ancrage naturel, particulièrement son versant africain qu’elle avait quitté avec violence et sans raison.
Quand il impulse le changement du 3 août 2005, la Mauritanie connait un isolement diplomatique total. Parce qu’elle tourne le dos à ses frères arabes et africains, elle se trouve dans le désarroi le plus total après avoir tout perdu de ses vocations de départ.
1960. Au tout début était la démesure.
La Mauritanie est née de cette idée de créer une zone tampon entre les colonies du nord et celles du sud. Cette volonté du colonisateur s’est transformée pour devenir une vocation première de l’Etat national.
«La Suisse de l’Afrique», c’est ainsi que Me Moktar Ould Daddah, le premier président du pays, définissait son projet pour la Mauritanie. En faire un «trait-d’union» entre le nord et le sud de l’espace sahélo-soudanais. Cette double vocation – être la porte sud du Maghreb, la porte nord pour l’Afrique noire - paraissait exagérée en terme d’ambition pour un pays aux 2/3 désertiques pour une population de moins de deux millions d’habitants (aujourd’hui un peu plus de trois millions).
Cette notion de «trait d’union» a vite été dévoyée par ses traducteurs nationalistes arabes pour devenir «hamzatou al waçli» qui n’a d’existence que par altération du langage. Progressivement, la «zone tampon» signifiant «terre de convergence» et qui inclut la double appartenance, est remplacée par la réalité du «ni ni» : ni africaine, ni arabe.
Cette perte de vocation première est sans doute à l’origine des secousses malheureuses qui ont menacé le pays dans son existence. Plus le temps avançait, plus la Mauritanie abandonnait sa vocation première, plus elle s’éloignait de son milieu naturel, plus le pouvoir se durcissait à l’intérieur, plus le pays s’isolait, plus il souffrait.
Economie, cohésion interne de la société, insertion régionale et positionnement international, tout s’en trouvait compromis. Oubliées les formules sympathiques et volontairement lyriques qui désignaient la Mauritanie : «Le pays du million de poètes», la «Cendrillon de l’AOF»…
La sortie de la CEDEAO au moment où sont établies des relations diplomatiques avec Israël… les errements continuent… Les relations avec le monde influent sur le comportement intérieur : les relations avec l’Irak sont coupées donc une répression sauvage est engagée contre le courant des Baathistes, quand ce ne sont pas les Nassériens qui souffrent de la mauvaise relation avec la Libye, ou les Frères Musulmans de celle avec l’Arabie Saoudite (à l’époque)…
On en était là en août 2005. La transition n’apportera pas de profonds changements. Il faudra attendre le coup d’Etat du 6 août 2008 pour voir la barre se redresser.
L’Ambassade d’Israël est fermée. La volonté d’ancrer de nouveau la Mauritanie dans ses enracinements est réaffirmée.
Cela se traduit par une forte présence à toutes les manifestations qui touchent l’Afrique. Investitures de présidents, sommets de l’Union Africaine, réceptions de chefs d’Etat à Nouakchott…
La chance y joue. En 2011, la Mauritanie dirige le Conseil de Paix et de Sécurité de l’Union Africaine. A ce titre, elle est à la tête de deux panels chargés de résoudre deux grandes crises qui secouent l’Afrique : la Libye et la Côte d’Ivoire.
Le déroulement des deux médiations a permis à Mohamed Ould Abdel Aziz, et donc à la Mauritanie, de revenir au centre de la scène diplomatique africaine. Plus tard, il sera président en exercice de l’UA. Au moment où il recevait ses pairs arabes à Nouakchott où ils ont tenu leur 27ème sommet, une première pour un pays reconnu seulement en 1973 par la Ligue Arabe.
Servie par la conjoncture, la Mauritanie pourrait retrouver pleinement la place qui fut la sienne. La place laissée par la Libye en proie aux tumultes, par le Soudan qui a subi une partition, peut être occupée par la Mauritanie.

L’urgence est à «la reconquête des cœurs des africains, longtemps boudés par la Mauritanie».

jeudi 8 février 2018

Gouvernement : Parcours calamiteux, fin annoncée

Jamais gouvernement n’a été aussi décrié que celui qui est actuellement aux affaires. Jamais Premier ministre n’a fait l’objet d’un désaveu aussi consensuel que celui-là.
Comment en est-on arrivé là ? quel est le secret d’une aussi grande «réussite» à faire l’unanimité ?
Le parcours est édifiant.

Quand il est nommé Premier ministre le 21 août 2014, Yahya Ould Hademine a de grandes chances de réussir sa mission qui est celle de faire du second mandat un vrai tournant dans la vie politique nationale. Tout en continuant les programmes engagés par son prédécesseur, Ould Hademine devait corriger les fautes, redonner de l’énergie au pays, imaginer des projets structurants et porteurs et, à partir des réussites attendues sur le plan des infrastructures, réhabiliter la confiance politique et redonner espoir à la jeunesse. Devenir le «grand» Premier ministre espéré.

Régler le compte de son prédécesseur

Entre ce que le public attendait et ce que l’homme s’est lui-même fixé comme objectifs, il y avait une grande différence.
Moins d’un mois après sa nomination, Yahya Ould Hademine entame une guerre sans merci contre Moulaye Ould Mohamed Laghdaf. Parce que celui-ci avait décidé de s’affubler d’un titre de «Docteur», Ould Hademine devient «l’Ingénieur» (les majuscules ici ne sont pas fortuites). Mais c’est surtout la «démoulayisation» qui l’absorbe pendant les premières semaines de son exercice.
Première guerre, celle menée contre le programme Emel. L’action de sape est rapidement engagée : fermeture de boutiques, diminution des approvisionnements, désengagement des institutions tutelles, tantôt c’est à la SONIMEX d’exécuter le programme, tantôt au CSA… Le dossier finit même par atterrir sur la table du Conseil des ministres en janvier 2015 et par provoquer un échange houleux entre le Docteur et l’Ingénieur. Le premier essayant de défendre Emel en arguant qu’il s’agit d’un programme profitant aux populations nécessiteuses, le second prétextant que le coût du programme est énorme et essayant même de suggérer une inspection d’Etat pour auditer ce programme qui a déjà coûté cher, trop cher.
Soutenu à ce stade par le ministre des finances, Moktar Ould Diaye, il obtient le feu vert pour «mieux gérer les engagements». Ce qui se traduit par une asphyxie progressive jusqu’à extinction partielle du programme.
Deuxième axe de la «démoulayisation», l’épuration du gouvernement, de l’administration en général. Cela se traduit par les départs massifs des conseillers et des secrétaires généraux, parents ou amis de Moulaye Ould Mohamed Laghdaf. Suivront, au compte-goutte mais de façon inexorable, les ministres supposés ou réellement proches de l’ancien Premier ministre : Ba Ousman, Ahmedou Ould Jelvoune, Sidi Ould Zeine, Hindou Mint Aïnina, Bamba Ould Daramane, Hammadi Ould Meymou… et la liste est longue. Resteront dans les pieds de Ould Hademine quelques-uns contre lesquels il n’a rien pu visiblement. Mais il existe mille façons de les bloquer.
Un exemple, celui de Naha Mint Mouknass qui n’arrive pas à faire des nominations dans son département pourtant pourvu d’un nouvel organigramme. Le Premier ministre Yahya Ould Hademine a voulu lui imposer les nominations, ce qu’elle a refusé. Alors il a bloqué le «remplissage» de l’organigramme proposé. Il existe actuellement plusieurs postes de grandes responsabilités qui ne sont pas pourvus depuis deux ans faute de feu vert du Premier ministère.
C’est ce genre de bras de fer qui a amené Me Brahim Ould Daddah à jeter l’éponge, provoquant une crise au sein du gouvernement par son départ inattendu. L’Ingénieur Ould Hademine a voulu imposer ses hommes, comme il l’avait fait la fois précédente quand il avait changé la proposition du ministre pour le Conseil de la Magistrature. Cette fois-ci, Me Ould Daddah ne voulait pas se retrouver avec les juges réputés protecteurs du système «chipeko» comme avant.

Interférences politiques

Mais là où l’Ingénieur Yahya Ould Hademine a le plus brillé, c’est sans doute dans les interférences dans les processus politiques.
Quand il arrive au pouvoir, le Président Mohamed Ould Abdel Aziz envisage de reprendre le dialogue de manière plus inclusive. Il ne lui coûte rien au début d’un second mandat qu’il accepte comme le dernier, de renforcer le front intérieur pour prémunir le pays contre les hasards des devenirs politiques et s’assurer de la solidité du système qu’il entendait laisser derrière lui. Ses premiers discours vont dans ce sens.
C’est naturellement à son ministre secrétaire général de la Présidence, «Docteur» Moulaye Ould Mohamed Laghdaf qu’il confie la mission de reprendre langue avec les opposants. Lui qui a déjà quelques expériences en la matière notamment celle de 2009, rondement mené par l’ensemble du système. Mais «l’Ingénieur» est là…   
Au lendemain des premiers pas vers le rapprochement, le Premier ministre reçoit quelques figures de l’Opposition dont Mohamed Ghoulam Ould El Haj Cheikh de Tawassoul et Boydiel Ould Hoummoid d’Al Wiam. Il prend contact avec Mohamed Ould Maouloud de l’Union des forces du progrès (UFP) qui décline, tandis que le Rassemblement des forces démocratiques (RFD) anticipe pour dénoncer la démarche.
L’installation de l’Institution de l’Opposition Démocratique institutionnalise la participation de Tawassoul à toute ouverture. Mais le choix de Ould El Haj Cheikh est expliqué par l’existence d’une ligne contraire et dont il est le chef de file.
Malgré cela, le ministre secrétaire général de la Présidence continue ses contacts. Ce qui n’empêche pas le Premier ministre de convoquer le secrétaire permanent du Forum national pour la démocratie et l’unité (FNDU) pour lui remettre une feuille de route pour un dialogue inclusif.
Quelques propositions consignées sur un papier volant, sans entête ni signature. Il annonce l’engagement de la Majorité à s’inscrire dans la dynamique du dialogue constructif inclusif, en vue de créer «une atmosphère politique apaisée». Partant de ce principe et «en vue de concrétiser sa volonté d’ouverture, la Majorité déclare sa disponibilité à discuter les thèmes suivants qui ont été soulevés par l’Opposition». Pour ensuite proposer des thèmes à discuter : la couverture par les médias publics des activités de l’Opposition, le rétablissement de la confiance entre les deux pôles, l’arrêt de l’exclusion des cadres et hommes d’affaires de l’Opposition («s’il s’en trouve»), réorganisation du Conseil Constitutionnel, organisation de nouvelles élections municipales et législatives consensuelles et recul des sénatoriales, restructuration de la CENI, accord sur un calendrier électoral, réforme de la Constitution pour lever la limitation d’âge pour la candidature aux présidentielles, interdiction à l’Armée Nationale d’interférer dans la politique, organisation d’élections présidentielles anticipées, redéfinir les pouvoirs du Parlement et du Premier ministre, l’Unité nationale, la sécurité publique et extérieure, la loi et la transparence dans la gestion des affaires publiques, neutralité de l’administration, indépendance de la justice, relations des partis au pouvoir avec l’administration et la redéfinition du leadership de l’Opposition.
Le document conclut à la nécessité de discuter l’ensemble de ces questions «dans le cadre d’un dialogue national consensuel auquel tous les acteurs de l’espace politique national».
Première surprise : le document se prétend une réponse à un document écrit par l’Opposition et dont personne n’a jamais entendu parler. Deuxième : il propose une présidentielle anticipée alors qu’elle n’a jamais fait partie des doléances du personnel politique ; et une réforme de l’âge de candidature qui est une tentative de toucher aux articles sur les mandats.
Si le RFD rejette, le FNDU répond. En réalité la manière et le contenu du document ont donné une mauvaise impression qui va expliquer les réticences de l’Opposition vis-à-vis de la proposition de dialogue. Qui va cependant reprendre avec Moulaye Ould Mohamed Laghdaf. Cette fois-ci pour réussir à faire des conclusions après une multitude de rencontres qui ont lieu en avril et mai 2015 et au terme desquelles le Président Mohamed Ould Abdel Aziz réitère sa volonté de respecter la Constitution dans ses articles liés aux mandats.

Main basse sur la vie publique

L’interférence la plus évidente – et la plus décriée – est celle qui a permis au Premier ministre Yahya Ould Hademine d’empiéter sur les compétences et prérogatives de l’Union pour la République (UPR), le parti au pouvoir dont le gouvernement est sensé être l’émanation.
Pour régler définitivement le compte de son prédécesseur, l’Ingénieur Ould Hademine réunit les membres des deux chambres au cours d’un diner le 15 janvier 2017, alors qu’une réunion de la commission chargée de la supervision de l’application des résultats su dialogue est prévue le 17, deux jours après. Cette commission devait décider de la voie à suivre pour faire adopter le projet de réforme constitutionnelle. Mais le Premier ministre avait déjà décidé de passer par les Chambres pour le faire adopter sous prétexte – encore – du coût du référendum. Il invite donc députés et sénateurs pour leur annoncer la décision. 24 heures avant que la structure appropriée n’en discute. On connait la suite.
Le référendum est endossé par le Premier ministre qui s’en va en campagne avant terme. Il organise une caravane qui s’arrête «seulement là où il faut» (là où il est sûr d’être accueilli comme il le veut). C’est en grande pompe, avec couverture médiatique qu’il organise des meetings qui sont l’occasion de raviver les divisions locales et d’exciter les factions. Cela se répercutera sur les résultats dans les zones où la voix du Premier ministre a porté. C’est au cours de cette précampagne qu’il lance une concurrence ouverte au parti en organisant des sorties dans l’Aftout au moment où le Président de l’UPR entendait donner le maximum d’écho à ses déplacements dans le Trarza. Le parti est éclipsé par le Premier ministre qui devra pourtant proposer le recours à l’administration et aux anciennes combines pour s’assurer du succès du référendum. Peine perdue. Les résultats seront ce qu’ils furent, mais l’essentiel est fait. Pour l’Ingénieur qui devient le maître absolu de la vie publique.
C’est lui qui dirige les affaires politiques, mais aussi économiques. Il réussit à opérer des fusions comme celle de l’ENER et de l’ATTM. L’entreprise chargée de l’entretien routier n’est pas déficitaire alors qu’on parle d’un vieux trou de 12 milliards pour l’ATTM. La fusion permettra d’effacer définitivement les traces de toutes les mauvaises gestions antérieures.
Le patronat change de président. L’ancien patron des patrons, Ahmed Baba Ould Azizi était en guerre avec le Premier ministre qui lui a toujours rendu la monnaie.
Si bien que Ould Hademine est aujourd’hui, l’homme le plus puissant de Mauritanie. Celui qui a la faculté de nommer de dénommer, de fusionner, de faire disparaitre entreprises et institutions, d’affecter les fonctionnaires, d’envoyer les inspecteurs et contrôleurs de l’Etat là où il veut pour confondre qui il veut…
Natif du Hodh Chergui (Djiguenni), Yahya Ould Hademine est l’un des premiers ingénieurs de Mauritanie. Il fait partie des premières générations ayant fait leur formation au Canada. Il a travaillé à la SNIM où il a fini par être directeur général de la SAFA (société arabe de fer et d’acier), puis de ATTM (autre filiale de la SNIM spécialisée dans le BTP) avant d’être promu ministre de l’équipement et des transports dans le deuxième gouvernement de Ould Mohamed Laghdaf de l’après-élection 2009. C’est ce dernier qui l’aurait proposé à ce poste.
Sa nomination au poste de Premier ministre devait servir à Yahya Ould Hademine pour être l’artisan du nouveau statut de véritable chef de gouvernement. Pour promouvoir la volonté de dialogue inclusif. Pour renforcer l’existant et continuer à entretenir l’espoir de lendemains meilleurs. Pour participer aux refondations d’un Etat moderne, égalitaire et juste ; d’une société solidaire et dynamique… Trois ans d’exercice, on peut se demander : «où est-ce qu’on en est ?»


Ould Oumeir

mercredi 7 février 2018

Bonjour les dégâts

Ces trois dernières années devaient être consacrées à la réalisation des promesses faites par le Président de la République Mohamed Ould Abdel Aziz. A l’occasion de son discours d’investiture, il avait dit que ce mandat sera consacré à la réforme de la Justice, de l’administration, de la santé et de l’éducation.
Le gouvernement nommé le 21 août 2014 avait pour mission justement de travailler pour la réalisation de ces promesses. Même s’il a donné l’impression de s’activer, aucun des projets qu’il a eu en charge de lancer ne s’est terminé dans les délais. Ni les routes, ni les projets structurants comme ceux de l’eau en Aftout ou au Dh’har, encore moins les lotissements nouveaux…
Plus de trois ans, 42 mois au total… Nous ne pouvons que constater le recul dans les domaines ciblés pour devenir des priorités. Occupé à corriger les erreurs de ses collaborateurs immédiats, particulièrement de son gouvernement, le Président n’a pas hésité une fois à monter lui-même au créneau pour remplir le vide créé par l’indigence de ce gouvernement. Que ce soit à l’occasion de campagnes politiques ou de réalisations en matière d’infrastructures.
Le domaine où l’action de ce gouvernement a été le plus visiblement catastrophique est celui de la communication. Jugez-en vous-mêmes.
Depuis quelques années, la Mauritanie est leader aux plans arabe et africain en matière de liberté de presse et d’expression. Avec notamment la libéralisation de l’audiovisuel, le renforcement de la presse écrite et l’éclosion d’une presse électronique très caustique. Ce qui a permis jusque-là de donner une image d’un pays ouvert, pluriel et démocratique. Evitant ainsi l’exacerbation des frustrations et l’explosion, sur la place publique, des mécontentements.
La gestion du gouvernement de ce secteur a donné le résultat suivant :
-          Une seule chaine de télévision privée émet aujourd’hui. Peu importe si c’est parce que les autres refusent de payer des redevances dues, le résultat est là : alors que TDM, la société de diffusion continue de payer le bouquet, celui-ci n’est pas utilisé ;
-          La presse écrite se meurt dans l’indifférence. Expression majeure de la crise qu’elle traverse voire de sa faillite annoncée : la pénurie récente de papier au niveau de l’imprimerie nationale qui a vu, pour la première fois de l’Histoire du pays, disparaitre pour une décade les quotidiens officiels (Chaab et Horizons) ;
-          La presse électronique est, elle, noyée dans un flot de sites alimentés et entretenus par les cabinets ministériels, souvent par les premiers responsables eux-mêmes.
C’est le résultat qu’on pouvait attendre de l’action d’un gouvernement qui veut tout domestiquer.
Il ne faut pas croire ici que la domestication des expressions et de la presse est destinée à mieux servir le régime, le Président ou son système. Que nenni ! C’est juste pour en faire des thuriféraires pour ceux qui tiennent la bourse et le pouvoir coercitif actuellement.
Vous voyez des textes d’une rare violence contre le Président et sa famille, publiés sur les sites réputés être à la solde de ces cabinets. Et qui, un titre plus loin, noient leurs commanditaires sous un flot de louanges qui n’ont aucune raison d’être.
Le recul que le pays pourrait connaitre dans le classement de RSF risque d’être sans précédent. Parce que le gouvernement a agi à l’encontre de la volonté politique du Président Ould Abdel Aziz qui a fait de la liberté de la presse un cheval de bataille. Où en est-on aujourd’hui ?
Il y a bien sûr une liberté d’expression qui s’apparente à un laisser-aller tellement elle est vidée de sens. Comme elle est sans effet parce qu’elle n’a plus de cadre pour s’exercer publiquement.

Autant dire que le recul est net et sans appel.

dimanche 4 février 2018

Sénégal-Mauritanie : Une crise, non Une opportunité, oui

Comment éviter que des incidents comme celui du 27 janvier dernier arrivent entre Sénégalais et Mauritaniens ? Comment éviter que chaque incident soit payé au prix fort par les ressortissants mauritaniens installés au Sénégal ? Y-a-til une sortie possible de ce cercle vicieux où l’on voit des pêcheurs violer la zone de pêche mauritanienne dans l’illégalité, les garde-côtes chargés de protéger l’espace et la ressource répondre selon la gravité de la réaction des fraudeurs, pour voir ensuite une foule excitée s’en prendre à des innocents ?Comment mettre fin au climat de suspicion ambiant entretenu par les manipulateurs intéressés ?
Pour mieux comprendre, nous nous sommes adressé à un vrai spécialiste de la pêche et de ce dossier en particulier. Nous résumons ci-après l’essentiel des idées et informations.

Le samedi 27 janvier 2018 une pirogue de pêcheurs sénégalais interceptée dans nos eaux par les garde-côtes mauritaniens refuse d’obtempérer et entreprend des manœuvres dangereuses pour la sécurité de notre vedette de surveillance.
La Surveillance tente de neutraliser l’embarcation en tirant sur son moteur, mais l’un des pêcheurs est tué accidentellement.
Immédiatement, comme d’habitude, s’en suivit le pillage des boutiques mauritaniennes à Saint Louis. Nos ressortissants ne durent leur salut qu’à l’intervention énergique des forces de l’ordre et la protection de leurs voisins sénégalais.
Le Sénégal parle de bavure, la Mauritanie d’un accident regrettable,  les groupuscules «politiques» s’enflamment, mais la situation est gardée sous contrôle par les gouvernements respectifs.
Dans ce «conflit de basse intensité» qu’est le voisinage de la Mauritanie et du Sénégal, nous n’avons pas toujours tord mais nous avons toujours perdu la guerre de la communication. Le Sénégal a toujours su mieux que nous rallier à ses arguments l’opinion publique internationale, et même souvent la nôtre. Certains vont jusqu’à parler de “meurtre” ou de responsabilité du gouvernement mauritanien.
Le déclencheur des “événements de 1989” en terme de manipulation restera un cas d’école : le 9 avril 1989, à Diawara  (Sénégal) un accrochage entre des bergers peuls mauritaniens et des paysans soninké Sénégalais, devient quelques jours après, par les miracles de la manipulation, une guerre civile entre les maures et les negroafricains, avec les conséquences dramatiques que l’on sait.
Mais pour rester dans le domaine de ces accidents liés à l’exercice de la loi, rappelons à nos frères sénégalais qu’elles peuvent arriver y compris chez soi, et qu’elles ne doivent pas être un prétexte aux violences entre communautés.
Avril 2002, Mohamed Ould Sneid, commerçant mauritanien, a été abattu de plusieurs balles en tentant de traverser le fleuve, près de Gourel.
Aucun sénégalais n’a été inquiété chez nous et la Mauritanie n’en a pas fait un drame international. Son cas est toujours entre les mains de la Justice sénégalaise.
09 janvier 2008, une pirogue surprise par  les garde-côtes en délit de pêche sans license, attaque ces derniers au cocktails Molotov et à l’arme blanche.
L’embarcation des garde-côtes prit feu mais son équipage maîtrisa la situation par miracle. Les pêcheurs furent arrêtés et conduits à Ndiago et cela sans faire usage des armes à feu, grâce au sang froid des garde-côtes qui se contentèrent de garder le capitaine Salou Sey pour ses agressions et libérer le reste de l’équipage.
Seulement, arrivés à Saint Louis, les pêcheurs répandirent la rumeur de la mort de deux des leurs, déclenchant intentionnellement les attaques contre les mauritaniens.
Le lendemain, Salou Sey parla à la radio pour affirmer que non seulement il n’est pas mort, mais qu’il a été bien traité.
Mais les boutiques étaient déjà pillées. Elles furent indemnisées quelques années après par le gouvernement sénégalais.
C’est dire que quand il n’y a pas de prétexte, les guet ndariens peuvent l’inventer pour manipuler les foules.
Mais les autorités de part et d’autre sont vaccinées contre ce genre d’agissement, et c’est pourquoi, aujourd’hui, la réaction rapide des forces de sécurité sénégalaises a été franche, rapide et décisive.
Malgré  les habituels fauteurs de troubles, nos autorités respectives ont rapidement maîtrisé la situation, mais se doivent aussi de prendre les mesures nécessaires pour éviter la récidive.
Pour cela on doit s’attaquer au fond du problème qui est l’accès des Guet Ndariens à la pêche en Mauritanie par la voie légale et non par la piraterie.
En attendant, les pêcheurs pirates, pris en flagrant délit, doivent surtout éviter le recours à la violence envers les garde-côtes, afin d’éviter ce genre d’accidents regrettables.
Pour cela il faut une véritable campagne auprès des pêcheurs de Saint Louis pour leur faire admettre l’existence des frontières et que ce ne sont pas leurs frères nomades du nord qui les ont inventées.
C’est une difficile  transformation des mentalités que nous leur demandons, eux qui sont habitués à la gratuité et à  la liberté de manœuvre totales.
La Mauritanie de 1960 à 2014 leur a ouvert ses eaux, même au pic du conflit des années 90. 5000 pirogues avaient ainsi accès sans la moindre formalité et même les quelques dizaines arraisonnées par an, étaient remises à leurs propriétaires lors de cérémonies officielles périodiques.
C’est seulement quand nous avons commencé à gérer notre propre pêche artisanale que nous avons demandé un semblant de légalité à nos frères sénégalais.
C’est ainsi qu’un accord de pêche, à un prix purement symbolique a été signé pour l’année 2015, pour 10€ la tonne au lieu de 300€ pour les autres partenaires.
La seule clause contraignante était le débarquement de 6% de ce quota pourtant non déductibles des 50.000 T. Elle n’a jamais été respectée et les autorités mauritaniennes n’en ont pas fait un blocage.
Le renouvellement de ce protocole a achoppé sur la clause de débarquement rejetée par les pêcheurs sénégalais et qui est imposée par le Code des Pêches mauritanien à tous les partenaires, dans le souci d’une gestion durable de la ressource, pour une pêche responsable.
L’incident malheureux intervenu ces jours-ci, est une chance pour trouver un accord qui respecte l’exigence du contrôle de la ressource nationale pour les nous, et la nécessité pour les pêcheurs sénégalais de profiter de cette ressource dont la préservation sert les deux peuples.


lundi 29 janvier 2018

L’après référendum : Un réveil qui tarde… et le changement qui n’arrive pas

Le Président Mohamed Ould Abdel Aziz avait promis une «Mauritanie nouvelle» au lendemain du référendum du 5 août. C’était d’ailleurs le justificatif principal de l’organisation de ce référendum qu’on avait voulu fondateur.
Or que s’est-il passé depuis ? Rien ou presque…

Certes le nouveau drapeau flotte depuis le 28 novembre 2017 sur l’ensemble du territoire national. Certes le nouvel hymne national a été composé et interprété à plusieurs reprises, partout en Mauritanie et même à l’extérieur. Mais cela ne semble pas suffire pour voir naitre la Mauritanie annoncée.
A quelques mois de la fin du deuxième et dernier mandat du Président Mohamed Ould Abdel Aziz, les hésitations sont toujours fortes et l’espoir de le voir changer d’équipes et de méthodes de gouvernement s’estompe dangereusement. Pourtant, le déroulement des évènements aurait dû amener l’homme à opérer un grand toilettage dans son dispositif.

Les déconvenues récentes

D’abord le référendum. Annoncé en grande pompe le 3 mai 2016 à Néma, le référendum n’aura lieu que le 5 août 2017. Soit quinze mois au total. Quinze mois pendant lesquels, les hésitations l’auront emporté, créant une situation inédite en Mauritanie.
La guerre des influences entre Moulaye Ould Mohamed Laghdaf, ministre secrétaire général de la Présidence chargé du dossier politique, et Yahya Ould Hademine son successeur au Premier ministère, cette guerre sera la cause principale du retard pris dans la réalisation du projet de réforme. Surtout qu’elle devait s’étendre aux autres pans du pouvoir pour impliquer le Sénat, le Parti et même des ministres comme celui de l’économie et des finances.
Le pouvoir devait perdre le temps et l’énergie à la suite d’affrontements fratricides dont la raison est encore inexpliquée. Toujours est-il qu’il en sort meurtri et incapable de réaction. Avec en prime un résultat qui a frôlé la catastrophe, le taux de participation au référendum ayant été bien en-deçà des attentes de l’Appareil d’Etat et ce malgré tous les efforts, visibles ou non, fournis à l’occasion.
C’est bien parce que les résultats ont été ce qu’ils ont fini par être, que l’opinion publique s’était convaincue de l’immédiateté d’un balayage complet du dispositif. Surtout qu’il fallait compter avec la perspective de l’engagement d’un processus politique commençant par le renouvèlement  du conseil de la Commission nationale électorale (CENI), continuant avec l’élection des conseils régionaux, des conseils municipaux et de nouveaux députés de l’Assemblée Nationale, et se terminant par la présidentielle de 2019.
Ce processus politique lourd et plein d’imprévus demande une expertise et un savoir-faire qui ne sont pas ceux de l’équipe actuelle. Le référendum a prouvé, s’il en est besoin, que les appareils administratifs et politiques étaient incapables de mener à bien un exercice politique quelconque, y compris une élection.
Le Président du Parti au pouvoir, l’Union pour la République (UPR), peut toujours prétexter l’engagement du gouvernement qui lui a pris son domaine d’action en engageant la campagne référendaire avant terme et sans en référer au parti. Aussi y a-t-il lieu de rappeler la mise à l’écart du parti et de son président pendant la campagne, mise à l’écart visiblement encouragée par le Président de la République qui n’a rien fait pour y mettre fin. C’est seulement ces jours-ci qu’il a confié à une commission restreinte la mission de mener une réflexion sur l’état de l’Union pour la République (cf. article consacré à l’UPR).

Un après qui ne vient pas

Aussi bien pour tourner la page que pour asseoir le nouveau monde qu’il promettait, le Président Ould Abdel Aziz était sommé de redéployer ses troupes et de se débarrasser de ceux qui n’ont pas satisfait les attentes. Et ils sont nombreux. Pourtant, jusqu’à présent rien n’a bougé. Ce qui ajoute à la perplexité générale.
Le Président Ould Abdel Aziz se comporte comme s’il disposait de temps et comme si la Mauritanie pouvait encore souffrir le temps des atermoiements.
Dans moins de deux ans, le deuxième mandat de l’actuel Président prend fin. Un rendez-vous qu’il devait préparer par le renforcement du système qu’il est sensé laisser derrière lui. Les divisions nées de la concurrence entre les chefs de l’Exécutif et du Politique empêchent jusqu’à présent la cohésion nécessaire à tout système.
L’illisibilité de la situation contribue elle aussi à entretenir cette lourde atmosphère qui pèse sur la scène et sur ses acteurs. Personne ne sait où l’on va et personne ne semble savoir. Résultat : la sensation d’être sur le point de faire un grand saut dans l’inconnu. Quoi de plus effroyable pour une société déjà en proie à de sérieux problèmes d’existence et de développement.
 On feint d’ignorer que l’année s’annonce difficile avec notamment le déficit pluviométrique qui aura des conséquences catastrophiques sur l’économie, la société et l’environnement. On se prépare mentalement déjà à une secousse bien pire que celles de 1968, 1973 et 1983. Même le gouvernement s’alarme et lance un programme d’urgence qui reprend à peu près celui de Emel pourtant décrié par l’actuel Premier ministre et par son ministre de l’économie et des finances qui ont étouffé ce programme par de multiples coupes budgétaires et par la fermeture de la plupart des boutiques. Il n’est plus question aujourd’hui que de rouvrir les boutiques et de les augmenter s’il y a lieu.
La bataille a fait rage. Entre une coalition composée du Premier ministre Ould Hademine, soutenu tantôt par président du parti Me Sidi Mohamed Ould Maham, tantôt par le ministre de l’économie de l’économie, Mokhtar Ould Djaye, et celle incarnée par l’ancien Premier ministre Moulaye Ould Mohamed Laghdaf qui a ses alliés au sein du gouvernement.
Refusant de trancher dans cette guerre des têtes du système, le Président Ould Abdel Aziz s’obstine donc à garder les mêmes équipes.
Les plus optimistes des analystes y voient une volonté de procéder seulement après mûre réflexion. Tandis que le scepticisme des autres y voit une incapacité à changer comme promis. Quelles que soient les raisons de ce statu quo voulu par le Président, son effet est l’intensification de l’usure du pouvoir.

La gestation (trop) longue

La gestation peut encore durer parce que les acteurs, principalement le Pouvoir qui a la décision, semblent ne pas prendre en compte l’urgence du moment.
La Mauritanie nouvelle, annoncée en grande pompe le 3 mai 2016 à Néma, tarde donc même si elle a commencé par les refondations consacrées par le référendum du 5 août. Et si la réussite de ce premier pas a été (très) relative, c’est bien à cause des premiers collaborateurs du Président de la République qui a dû lui-même monter au créneau pour se retrouver sur la ligne de front, lui qui devait rester protégé par ses hommes. Dans les faits, c’est bien le Président Ould Abdel Aziz qui est constamment sollicité pour servir de bouclier entre ses hommes et l’opinion publique. L’épisode Ould Mkhaytir nous en dit long.
C’est bien lui qui fait annoncer qu’il a interjeté appel à la suite de la libération de Ould Mkhaytir condamné à deux ans de prison, période qu’il a largement purgée. Il n’attend pas son ministre de la Justice pour rendre publique l’information à travers des canaux non institutionnels parce qu’il ne passe ni par son conseiller en communication, ni par le porte-parole du gouvernement.
C’est déjà lui qui intervient au lendemain du vote du Sénat contre la réforme constitutionnelle pour annoncer le passage par le référendum populaire. C’est ensuite lui qui fait le tour des régions intérieures pour battre campagne.
Chaque fois que l’un des pans de son régime commet un impair, c’est le Président Ould Abdel Aziz qui vient éteindre le feu. Et jusqu’à présent sans demander des comptes…
En refusant chaque fois de faire payer aux uns et aux autres leurs fautes et insuffisances, il prend sur lui la responsabilité des évènements et devient le fusible de son système. Une situation qui en fait l’otage de son Premier ministre, de son gouvernement, de son parti et même de ses institutions qu’il a pourtant tenues sans partage.
C’est ce qui expliquerait le refus de laisser s’appliquer les dispositions de la Constitution concernant le passage désormais obligatoire du gouvernement devant l’Assemblée. Ce passage est risqué et sera, s’il a lieu, certainement coûteux. Autant s’abstenir quitte à violer les dispositions de la Constitution nouvelle, résultat d’un dialogue dont le moins qu’on peut dire est qu’il a été laborieux.

La peur de l’inconnu

La situation interdit alors la prise de risque. Tout changement d’équipe constitue en soi une sérieuse prise de risque, surtout si l’on ne veut pas faire appel à la compétence et/ou à l’expérience. Autant continuer à trainer le lourd fardeau de ces collaborateurs aussi inefficients les uns que les autres, plutôt que d’essayer de nouvelles figures. Quitte à ignorer le risque réel de pourrissement et de déconfiture…
Mais le temps passe. Chaque jour nous rapproche d’août 2019.
Dans les semaines qui viennent, une nouvelle CENI doit être mise en place. Un nouveau Conseil constitutionnel doit voir le jour suivant les nouvelles dispositions. Rien que le processus de mise en place de ces deux institutions demande du temps et des efforts en négociations…
Ensuite, il va falloir se préparer pour mener les batailles politiques prévues. 2018 sera l’année des grands rendez-vous électoraux avec le renouvèlement de l’Assemblée Nationale, des conseils municipaux et l’élection des Conseils régionaux. C’est bien cette année qui va préparer l’ultime rendez-vous, celui de la présidence de 2019.
En attendant, le Président Mohamed Ould Abdel Aziz se doit de préparer le pays au grand saut.
Première exigence, celle d’apaiser la scène et de provoquer un processus de convergence. Chacun des rendez-vous immédiats peut être l’occasion de corriger le tir et de se diriger vers un avenir plus ou moins consensuel, du moins serein.
Deuxième exigence, celle de renforcer les Institutions et de les protéger. Ce qui ne peut se réaliser que dans le respect des dispositions prévues dans chaque cas, y compris le passage du gouvernement devant l’Assemblée.
Troisième exigence, celle de mettre fin à la règle de l’impunité. Faire payer tout manquement à son auteur, imposer l’équité à tous les niveaux de la vie publique et donner l’exemple d’une probité possible.
…Attendre que le temps passe pour voir les problèmes mourir d’eux-mêmes est une erreur qui peut être fatale pour notre société, pour notre pays. Ne pas prendre en compte la conjoncture qui se complique avec la menace d’une sécheresse annoncée, relève de l’entêtement. Tout simplement.


MFO

mercredi 10 mai 2017

Témoignage (tout à fait) personnel

Malgré des relations sociales qui nous prédisposaient à aller l’un vers l’autre, ce n’est qu’en 1995 que je rencontre le colonel Eli Ould Mohamed Val alors Directeur général de la Sûreté. Ce qui ne m’a pas empêché de le percevoir comme l’un des officiers sur lesquels on devait compter dans la réalisation du destin du pays. Je le dis pour expliquer la relation bienveillante que j’entretenais avec lui.
Eli Ould Mohamed Val était perçu par l’aire politique et sociale à laquelle j’appartenais, comme l’un des officiers politisés du pays, un officier qui pouvait constituer un recours, le jour venu, dans le sauvetage de la situation qui était appelée à se détériorer fatalement.
Nous croyions alors que certains officiers étaient plus aptes, mieux disposés que d’autres à risquer pour le bien du pays. Eli Ould Mohamed Val comptait bien parmi ceux-là, ceux que nous qualifions pompeusement de «Modernistes».
Dans mes recherches sur lui et sur son parcours, une figure historique du Baath en Mauritanie va m’apprendre que le surnom que la branche militaire du mouvement lui donnait était … «Wul ‘Umayr», en hommage au prestigieux Emir du Trarza, l’un des précurseurs du Nationalisme arabe en Mauritanie.
C’est pourquoi, dans notre récit des évènements, nous allions lui donner un rôle central dans le changement de décembre 1984. Et c’est pourquoi nous nous considérions ses obligés quand le régime de Maawiya Ould Taya commença à se durcir.
En avril 1995, je revenais de France où j’avais obtenu une interview de feu Moktar Ould Daddah qui avait rompu le silence depuis peu. J’ai été contacté par un homme d’affaires auquel pourtant rien ne me liait, pour me dire qu’il me demandait de rencontrer le colonel Eli Ould Mohamed Val. J’étais surpris par la démarche, la personne en question n’étant pas le meilleur canal par lequel le DGSN devait passer pour me solliciter.
Sentant mes réticences, l’intermédiaire me dit : «Ecoute, j’ai eu l’information selon laquelle tu es resté quelques jours avec Moktar Ould Daddah. Tu aurais eu accès aux mémoires en préparation et je l’ai dit au colonel en lui proposant de te voir…»
L’homme appelle et me dit que je suis attendu à 18 heures. Ce sera l’unique fois où je prendrai un thé dans la maison de Ould Mohamed Val. La rencontre me permit de lui tenir le discours suivant :
«Je ne sais pas qui vous a dit cette histoire de mémoires mais il n’en est rien. Je me permets de vous signaler qu’il en va de tout ce qu’on vous rapporte. Je profite donc de cette rencontre pour vous dire que j’appartiens à un état d’esprit qui distingue entre ceux qui sont qualifiés de Modernistes et ceux qui préfèrent l’immobilisme. Ceux-ci travaillent à l’isolement du Président Ould Taya en lui faisant croire aux complots et en le convainquant que les expressions légitimes d’un ras-le-bol général sont le fruit de la manipulation des comploteurs. C’est pourquoi nous les combattons. Nous pouvons nous tromper sur les autres, sur leur patriotisme, sur leur engagement, sur leur détermination, sur leurs convictions démocratiques… mais c’est ce qui nous reste parce que nous ne croyons pas à un changement de l’extérieur du système. Colonel, nous croyons que vous faites partie de ces gens qu’il est de notre devoir de soutenir et de défendre, les ennemis essayant de les déstabiliser par tous les moyens. On n’en attend rien.»
Très rapidement la discussion a pris un tournant autre, le colonel m’amenant à parler des derniers écrits ayant attiré mon attention. Je venais de lire des textes du philosophe français Michel Omfray. De quoi animer le temps d’un thé.
J’en sortis conforté dans l’idée qu’il s’agissait là d’un homme d’Etat qui méritait d’être protégé contre les campagnes de protagonistes de plus en plus insidieux et toujours dangereux. A plusieurs reprises, j’eus l’occasion de lui faire la preuve de mon soutien contre les protagonistes embusqués.
La douzaine de jours de jours que je suis resté entre les mains de la police politique en avril 2002, me confortèrent dans ma conviction : le colonel Eli Ould Mohamed Val était bien la cible de combines qui visait à le disqualifier en suggérant qu’il était une menace pour le système Ould Taya.
Le 9 juin 2003, c’est vers le colonel Eli Ould Mohamed Val que je me tourne. D’abord pour le féliciter. Ensuite pour lui dire que c’est cette situation que nous craignons : une sédition d’un groupe, bravant la hiérarchie et tirant dans le tas pour tenter de renverser le pouvoir. Je le quitte avec la conviction qu’il comptera dans le dispositif d’après Ould Taya.
Ma conviction était si forte que, le 3 août 2005, quand mes confrères de RFI m’appellent alors que j’étais à Akjoujt revenant d’Atar, je leur dis sans hésiter : «Le coup a été préparé et exécuté par deux jeunes colonels : Mohamed Ould Abdel Aziz et Mohamed Ould Ghazwani, mais ils seront obligés de faire appel au colonel Eli Ould Mohamed Val pour diriger le pouvoir…» Cet entretien a commencé à être diffusé à 7 heures du matin ce 3 août alors qu’à Nouakchott, la rumeur d’une tentative avortée était encore accréditée.
Mais dès qu’on m’a dit que ce sont les éléments de la Sécurité présidentielle qui tiennent la ville, j’étais sûr que le colonel Ould Abdel Aziz avait décidé de passer le rubicond. Qui dit Ould Abdel Aziz dit nécessairement Ould Ghazwani, les deux hommes étant liés au point de devenir inséparables. J’en déduisais que la jeunesse des deux hommes devait les empêcher d’exercer eux-mêmes le pouvoir. Surtout qu’ils avaient besoin de rassurer et de ne pas bousculer la hiérarchie, pour mener à bien le changement qu’ils envisageaient. L’unique solution qui s’offre alors est de se tourner vers le colonel Eli Ould Mohamed Val qui avait une envergure et une aura lui permettant d’unir et de rassurer.
Quelques semaines après son arrivée à la présidence, un ami commun m’appela pour me dire que le Président lui avait dit qu’il me recevait à 11 heures dans son bureau. La première fois que j’entrais dans les lieux.
Je lui faisais remarquer que les premières nominations à la Présidence inquiétaient plutôt pour la suite. Je n’eus pas besoin d’expliquer parce que le Président ne m’attendait pas sur ce sujet. Il parlait très bas. Je compris cependant qu’il n’avait rien à me dire de particulier et qu’il attendait de moi des sollicitations. Je me permis quand même de faire un bref exposé de mes espérances pour la Mauritanie, notamment sur les dossiers qui peuvent être définitivement réglés pendant la transition annoncée. Particulièrement le dossier du passif humanitaire, celui de l’éducation et de la refondation de l’Etat mauritanien. A mon avis, une transition peut servir à apurer tous les passifs et à bousculer les présupposés.
J’eus le temps de lui dire combien j’étais personnellement heureux que ce soit lui qui arrive au pouvoir, ce qui lui permettait de se rendre compte par lui-même que ma relation avec lui a toujours été saine et que rien n’est sorti de ce qu’on se disait.
J’ai naturellement accompagné la transition de 2005-2007. Apportant un bémol suite à l’appel au vote blanc. C’est peut-être le point de départ d’une profonde divergence qui est cependant restée au niveau de l’appréciation politique d’une situation donnée.
Je célébrais le plus jeune officier de la classe du Comité militaire de Salut national (déjà), remettant le pouvoir au premier Président régulièrement élu en mars 2007. Et je continuais à apprécier avec bienveillance l’homme qui a fait partie des symboles de ce pays. Parce que le temps passé a fait de moi un frère, du moins un élément de la famille. C’est comme cela que j’explique cette grande affection que je voue à Saleck, à Ahmed que je connais pourtant peu, mais aussi à Ahmed Baba, à Bezeyd, à toute la famille Ehl Deyda que je connais beaucoup mieux… Une affection qui m’envahit à l’évocation de Eli et qui me rend triste. Profondément triste…
A Oum Kalthoum, aux enfants, à la grande famille, aux amis qui m’ont permis de connaitre l’homme dans sa vérité d’homme de culture, d’homme de consensus, d’homme d’envergure et de relations, à Mohamed Ould Bouamatou, Ahmed Ould Hamza, Baba Ould Sidi Abdalla… à tous les Mauritaniens, je présente mes condoléances les plus attristées.

Nous sommes à Allah et à Lui nous revenons.  

jeudi 25 août 2016

J'ai perdu un ami, J'ai perdu un frère

Quand je l'ai connu "physiquement" en 1992, Brahim Ould Boucheiba avait encore tout pour séduire: la prestance, la générosité, le calme et la sérénité qu'il diffusait dans son sillage… On ne pouvait pas être malheureux à côté de "BB" (je saurai plus tard que c'est comme ça que ses amis l'appelaient affectueusement). Donc j'étais fatalement attiré par le personnage, surtout que j'appartenais à une génération qui fut "noyée" dans les belles histoires de Brahim: ses amours impossibles, ses réussites improbables, ses amitiés innombrables, ses démêlés continus avec les pouvoirs militaires… Il faisait partie de ces super-héros qu'on affublait de tous les attributs et qui finissaient par nourrir un imaginaire digne des grandes sagas romanesques.
Il m'intrigua au tout début mais un connaisseur de chez moi me le résuma ainsi: "Dis-toi toujours que Brahim Ould Boucheiba est un homme de bien. Dans l'Absolu. Dis-toi qu'il ne mènera jamais une action en vue de faire mal à quelqu'un, qu'il ne sacrifiera jamais une amitié ou même une promesse de relation pour un intérêt matériel vulgaire, que quoi qu'il en soit il restera foncièrement un homme de bien… Le reste tu l'apprendras en le connaissant".
Ce résumé m'a effectivement permis de dépasser les premières appréhensions pour apprendre à connaitre l'homme dans toutes ses dimensions.
Son intelligence fulgurante du monde lui permettait de ne jamais se trouver dans l'impasse. Ce qui me faisait dire qu'il était auréolé d'une dimension qui relève de "l'administration de l'invisible", une baraka qui lui permettait de toujours s'en sortir.
Son ouverture d'esprit extraordinaire en faisait un homme de dialogue qui se retrouvait inévitablement au centre de toutes les démarches apaisantes, toujours engagé dans une entreprise de rapprochement. La Mauritanie des dernières décennies lui doit beaucoup dans l'assouplissement des rapports entre les acteurs politiques. Il est des situations où l'action de Brahim a été déterminante pour éviter LA confrontation entre des acteurs déchainés et qui n'avaient plus rien à perdre.
Son sens de la mesure diffusait une tranquillité qui dictait à son environnement de relativiser tout ce qui arrivait, de ne jamais prendre les "secousses" trop à coeur. Mais aussi de ne jamais se laisser gruger par les réussites faciles. Il faut assurer et s'assurer de la continuité dans ce qui est possible: le don de soi en vue de servir l'autre, en vue de propager la quiétude tout autour, en vue de participer à l'harmonie du monde et de refuser les fractures irréversibles… Une ligne de conduite qui a fait la vie de Brahim Ould Boucheiba et que nous devons lui reconnaitre aujourd'hui.
…Juillet 1999, je me sens obligé de faire le déplacement vers le Maroc pour assister aux adieux au Roi Hassan II, la place de l'homme dans mon coeur et l'importance historique du moment m'amènent à faire fi de mes moyens. Quand j'échoue, emporté par une foule immense, aux abords du lieu où reposent les derniers rois de la dynastie Alaouite, je ne sais quoi faire. Je me dirige alors vers l'Hôtel Safir, non loin de là, avec l'idée de pouvoir me reposer en attendant de trouver une solution. Je m'affale sur le premier siège et je me retrouve nez-à-nez avec Brahim Ould Boucheiba. Je comprendrai plus tard qu'il était, à ce moment-là, dans la même situation que moi. Mais ma présence lui donna une nouvelle énergie et nous passâmes le meilleur séjour qui soit. C'est d'ailleurs lui qui manoeuvrera pour que la présence de feu Moktar Ould Daddah soit l'évènement et non la participation (exceptionnelle) du Président Moawiya Ould Taya en froid à l'époque avec le Maroc. Résultat: à voir la presse de ces jours-là, la Mauritanie était représentée par son premier Président et non celui qui présidait à ses destinées à ce moment-là. Un coup de maître.
Mon ami Brahim tenait deux choses pour sacrées: Cheikh Yacoub Ould Cheikh Sidiya et Moktar Ould Daddah. Tous les autres relevaient du domaine de l'humaine condition.
Qu'il repose en paix au milieu de ceux qu'il a aimés et adulés, en ce lieu béni d'Al Ba'latiya. Que nous autres, trouvions réconfort dans l'évocation du souvenir de cet ami fidèle, de ce frère attentif, de ce père compréhensif… Mille et mille histoires pour dire cet homme immensément bon, pour dire son courage face à la maladie qu'il a affrontée comme il faisait avec les vissiscitudes (presque) ordinaires de la vie, pour dire toute cette force qu'il avait pour surmonter et vaincre les difficultés qui semblaient insurmontables…
Nous lui devons de le raconter à nos enfants parce qu'il restera une légende vivante.