samedi 18 octobre 2014

Acte de rébellion ?

La décision du Gouvernement de fixer les journées de samedi et dimanche comme weekend n’a pas été du goût de tout le monde. Tous ceux qui croient que dans l’espace islamique, c’est la journée du vendredi qui doit être chômée, refusent d’obtempérer. Cela se traduit par des commerces qui ferment vendredi pour rouvrir samedi et dimanche. Mais aussi des institutions privées dont des écoles ont adopté cette formule. Boutiques, pharmacies et même des sociétés ferment vendredi mais ouvrent les autres jours.
C’est comme tous ceux qui refusent de se plier aux décisions de la Commission nationale de l’observation du croissant quand elle décide que la fête est tel jour ou tel autre. Vous en trouvez qui font la fête en même temps que le Sénégal ou le Maroc, ou même l’Arabie Saoudite.
Comme ceux qui refusent les fatwas du Conseil de l’Ifta dirigé par Mohamed el Mokhtar Ould Mballe tout en préférant s’adresser à Ulémas que la communauté n’a pas investis de cette mission.
Ce refus de reconnaitre l’Autorité procède de la nature séditieuse du Mauritanien. Il est prompt à rejeter l’institutionnel auquel il préfère l’informel. C’est une forme de résistance à l’Autorité de l’Etat, une résistance qui s’apparente facilement à rébellion du moins à une insoumission. C’est pourquoi l’Autorité doit sévir contre toute manifestation du genre.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire