vendredi 6 juin 2014

Carnets de campagne (1)

Zéro heure en ce 6 juin. Rosso, la capitale du Trarza, connait une animation irrégulière, même si ici les fêtes nocturnes sont une tradition. Non loin des deux vieilles écoles de la ville, à mi-chemin entre les quartiers ouest et est de la ville (Escale et Médine), deux tribunes sont installées face à face. La première reçoit les membres de la direction régionale de la campagne du candidat Mohamed Ould Abdel Aziz, la seconde est destinée aux prestations des artistes.
C’est naturellement Brahim Ould M’Barek, coordinateur régional de la campagne, qui prend la parole devant la grande foule venue l’écouter. Il commence par remercier les présents rappelant qu’il s’agit là d’une fresque exprimant la belle unité du pays dont toutes les composantes sont là, formant un kaléidoscope dont l’harmonie reflète cette belle richesse de notre pays.
«Nous sommes ici pour soutenir la candidature de Mohamed Ould Abdel Aziz. Nous avons la chance de défendre un résultat et de porter aussi un projet. Le résultat est celui que nous vivons depuis cinq ans : le pays est en chantier, la liberté d’expression règne et tout est fait pour améliorer les conditions de vie des populations…»
Il y a quelques années, des civils se faisaient tuer à Aleg, à Nouakchott où la terreur a régné pendant quelques semaines, des militaires étaient lâchement assassinés un peu partout dans le pays, la Mauritanie connaissait alors la terreur. Son avenir était hypothéqué par l’activisme violent de quelques terroristes qui avaient pu installer leurs bases ailleurs et qui pouvaient mener les campagnes qu’ils voulaient partout où ils voulaient. «Aujourd’hui, nous sommes dans un pays entièrement sécurisé et dont les forces armées et de sécurité défendent efficacement». Le dossier sécuritaire ne pouvait que bénéficier d’une large partie du discours de campagne. «A elle seule, la stabilisation du pays et sa sécurisation nous aurait suffi comme réalisation car rien ne peut valoir la paix et la sécurité des cœurs, mais il se trouve heureusement que les acquis ont été réalisés ailleurs».
S’adressant aux jeunes et aux femmes, Ould M’Barek a d’abord parlé de l’évolution sociale et politique qui a fait de ces deux composantes l’objet d’une attention particulièrement. Nous sommes effectivement dans un pays où 75% de la population sont des jeunes et où les femmes constituent plus de la moitié des habitants. Alors pourquoi ne faut-il pas les mettre au centre des politiques gouvernementales.
Ould M’Barek devait parler aussi du domaine qu’il connait le mieux pour avoir été le premier responsable du secteur agricole. Ici, dans la capitale du Trarza il était important de rappeler les efforts consentis pour développer un secteur productif et porteur. «Avec les résultats qui se traduisent par la croissance exponentielle des surfaces cultivées, par la hausse considérable de la production, par sa diversification par l’introduction de nouvelles cultures, par la réhabilitation de la recherche et de la formation…»
Sans oublier l’annulation de la dette des agriculteurs. «Contrairement à ce que certains soutiennent, 50% de cette dette étaient dus par les petites coopératives agricoles. Ce sont bien les couches vulnérables qui en ont profité et c’est bien l’objectif de notre politique : améliorer la vie des plus démunis pour libérer toutes les énergies et les mettre en contribution».
Le coordinateur régional de la campagne de Ould Abdel Aziz fera le tour des secteurs pour dire combien le mandat qui expire a été fructueux et de conclure : «La Mauritanie d’aujourd’hui est une source de fierté pour nous, à l’intérieur comme à l’extérieur». Et se permettre ensuite de faire ses demandes.
«Nous vous demandons de vous mobiliser, plus qu’auparavant. Il ne faut se dire que la victoire est sûre et s’en tenir là. La bataille est celle du taux de participation, avant d’être celle de la victoire de notre candidat. Il n’est pas permis de rester sur les divisions du passé. Nous comprenons que les élections locales soient le lieu d’exprimer les différences concernant des enjeux qui concernent finalement et directement chacun de nous. Mais l’élection présidentielle est un enjeu autrement plus grandiose, plus national pour ce qu’il comporte de pari sur l’avenir. C’est pourquoi je vous demande de vous mobiliser sérieusement, de retirer vos cartes à temps et d’aller voter le 21 juin prochain le candidat qui est le vôtre, celui de l’espoir pour un avenir meilleur. C’est seulement ainsi que vous pouvez assurer un avenir rayonnant à notre pays et à notre peuple».

La soirée politique prenait fin et commençait l’ambiance pour jeunes. La ville continuait à vivre les joies du démarrage de la campagne. Tandis que la direction régionale de la campagne se retirait pour organiser le déroulement de cette campagne dont le moment le plus important sera le 14 juin prochain quand la capitale du Trarza recevra le candidat Mohamed Ould Abdel Aziz.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire