mardi 11 mars 2014

Mamère se dégonfle

«Un pschitt», c’est bien ce qui est arrivé avec la déclaration faite par Noël Mamère, il y a plus d’un an. Tout commence quand, au détour d’une sortie sur l’intervention française au Mali dans le cadre d’une émission sur Arte, le député Europe Ecologie Les Verts s’en prend violemment au président mauritanien : «Est-ce que vous imaginez que les Jihadistes vont disparaitre et qu’ils ne vont pas se réfugier… en Mauritanie où il y a un président qui est le parrain d’un trafic de drogue par exemple ?». Nous sommes le 21 janvier 2013 et l’opération Serval est déjà engagée.
En Mauritanie où l’opposition venait de clore un cycle de manifestations exigeant le départ de Mohamed Ould Abdel Aziz du pouvoir, voit dans ces déclarations une possibilité nouvelle de rendre fructueuse son action. Le 14 février, la Coordination de l’opposition démocratique (COD) publie un violent communiqué où l’on marque «la consternation» face au silence du pouvoir avant de faire siennes les accusations de Noël Mamère.
Poussé par on ne sait quelle inspiration, le député EELV réitère ses accusations à travers une interview chez nos confrères d’un site de la place. Sans doute croyant que l’affaire n’aura pas de suite.
Le 6 mars 2013, le Président Ould Abdel Aziz porte plainte pour diffamation. De peur de se voir condamné par les tribunaux, le député français s’est très vite lancé dans des tractations en vue de trouver une sortie, lui qui ne pouvait en aucun cas produire de preuves pour les graves accusations formulées.
Tout le monde sait en effet que les grosses prises suivies du démantèlement des réseaux de trafic en Mauritanie, n’ont intervenu qu’au lendemain du 3 août 2005. Tellement évident que l’on avançait une explication : les couvertures qui servaient aux réseaux et leur assuraient l’impunité avaient perdu la main. Et pour cause, les deux colonels artisans du coup d’Etat dirigent désormais le système de sécurité : Mohamed Ould Abdel Aziz qui devient l’homme fort de la junte et Mohamed Ould Ghazwani qui est lui à la Sûreté nationale. 2006 et 2007 connaitront la plus grande campagne contre le trafic de drogue et celui des armes. A partir de 2008, la guerre sera menée aux Jihadistes de AQMI en même temps qu’aux réseaux transfrontaliers. Il suffit de voir les quantités saisies et le nombre d’opérations menées au cours de ces années pour savoir que le député français a parlé sans savoir de quoi il s’agit.
D’ailleurs, il va essayer de revenir sur ses propos en disant qu’il a «évoqué le président mauritanien, sans doute abusivement, comme j’aurai pu dire tchadien, malien ou algérien tant je ne visais pas l’homme lui-même mais plutôt les dysfonctionnements des appareils judiciaires, y compris chez nous en Europe, qui laissent parfois échapper les gros poissons mafieux. Mon propos n’avait pas vocation à stigmatiser le président mauritanien dans sa personne».
Que de mépris vis-à-vis des présidents africains exprimé aussi simplement, aussi vulgairement ! Ces présidents sont finalement tous les mêmes et nagent tous dans les mêmes trafics et les mêmes combines ! Mais la question est de savoir si Noël Mamère peut tenir de tels propos quand il parle de dirigeants européens, lui le «rebelle», l’homme de «gauche» qu’on ne peut accuser de racisme, peut-il faire preuve de la même désinvolture quand il parle de présidents ou chefs de gouvernements d’Europe ?

Ce rétropédalage dans le sens qu’il fallait donner à ses propos ne va pas servir notre homme. La route vers le procès était toute tracée, un procès perdu d’avance pour le député EELV. Le voilà donc qui choisit de faire amande …honorable (?) en présentant publiquement ses excuses «au peuple mauritanien et, partant à son président s’il s’est senti blessé par mes déclarations». Celui qui n’a «pas l’habitude de se soumettre» ferait mieux de ne plus «abuser» en jugeant les dirigeants africains.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire