mardi 18 septembre 2012

L’ouverture des tentes vers le Sud


La visite du Président Macky Sall à Nouakchott et la chaleur de l’accueil que lui ont réservé les autorités confirme la volonté de Ould Abdel Aziz de restaurer l’ancrage africain de la Mauritanie.
En avril 1989, les choix diplomatiques néfastes d’un pouvoir qui avait commencé à cultiver le sectarisme comme philosophie politique, ont causé la gestion catastrophique de l’incident de Diawara pour y trouver l’occasion de virer à bâbord. Avec lui, le pays connaitra une dérive qui le mènera au milieu de nulle part. Détesté par les Africains avec lesquels il a rompu les amarres, suspecté par les Arabes qui ont perdu confiance en ce pays dont la caractéristique première est l’extravagance dans l’inconstance. C’est du moins l’image que le pouvoir en a reflété à partir de ce moment-là.
Pour désigner la Mauritanie, l’«orphelin géopolitique» a remplacé l’expression sibylline de «Cendrillon de l’Afrique de l’Ouest» chez les politologues les plus avertis. Après avoir été «le trait-d’union» entre l’Afrique et le Monde arabe, nous avons fini par nous trouver dans la situation du «ni, ni» : ni africains, ni arabes. Conséquences : relations avec Israël et retrait de la CEDEAO.
Depuis son accession au pouvoir, Ould Abdel Aziz a renoué avec les penchants africains de la Mauritanie. Si bien qu’il ne rate aucune occasion au sud du Sahara pour y être. Ce qui lui vaut d’être le président mauritanien le plus assidu aux conférences et aux commémorations africaines depuis feu Moktar Ould Daddah. Et c’est tant mieux, même si cela dérange une certaine intelligentsia.
En attendant la décision de revenir à notre environnement naturel – et «normal» - que constitue la CEDEAO, il y a lieu de cultiver, de renforcer les relations de l’espace OMVS. Avec le Mali, le Sénégal, la Guinée, la diplomatie mauritanienne peut aller vers la Côte d’Ivoire, le Nigéria, le Tchad, le Burkina… en vue d’une intégration qui pourrait profiter – à travers des accords bilatéraux – à des milliers de nos ressortissants établis dans ces pays. Les relations avec la Gambie, la Guinée Bissau et le Cap Vert ont toujours été excellentes.
Chaque fois qu’un nouveau président est élu au Sénégal ou en Mauritanie, le lien doit être renouvelé pour que les nouvelles autorités prennent la mesure de la nécessité d’aller ensemble. Chacun des pays étant l’espace vital de l’autre.
Entre Macky Sall et Ould Abdel Aziz le courant semble bien passer : sensiblement le même âge, les mêmes réserves sur l’état ante des relations, sur la manière de gouverner, d’aborder le futur commun et la nécessité pour eux de s’entendre.
C’est du renforcement de l’ancrage dans le versant sud de notre pays que nous avons le plus besoin pour nous réconcilier notre environnement et pour réhabiliter notre vocation première qui est celle de terre de convergence, terre d’ouverture, terre d’abnégation et de tolérance et finalement «terre des hommes».

Aucun commentaire:

Publier un commentaire