mardi 15 novembre 2011

Sans commentaire


Le lien m’a été envoyé par l’un des avocats de Mohamed Lemine Ould Dadde, ancien Commissaire des Droits de l’Homme. Il s’agit d’un article publié le 15 novembre par l’hebdomadaire français L’Express. Sous la plume de l’un de ses grands reporters, Vincent Hugeux et avec pour titre «Un combattant des droits humains embastillé en Mauritanie».
Sans commentaires, je vous propose en lecture des extraits :
«Que reproche un parquet aux ordres à cet activiste libéral, hier farouche opposant au régime autocratique de Maaouiya Ould Taya (1984-2005)? Officiellement, des malversations et détournements d'un montant de 271 millions d'ouguiyas, soit 750000 euros, commis dans l'exercice de ses fonctions. Grief fantaisiste, au regard des incohérences et des à-peu-près d'un dossier d'accusation digne de figurer parmi les études des cas soumises à des étudiants en droit de première année
«Tout indique que ce noble de la tribu des Tagounanet, fils d'un notable érudit, paie avant tout son engagement résolu contre l'esclavage et autres traditions féodales, tels l'excision ou le gavage des jeunes filles promises au mariage. A l'évidence, ses initiatives en faveur des Haratine, serfs négro-africains affranchis, auront irrité une élite arabe attachée à la perpétuation d'archaïsmes socio-ethniques. Mohamed Lemine avait d'ailleurs d'emblée prêché l'exemple, rendant sa liberté à son " frère de lait " Etman, l'esclave qui, conformément aux usages maures, lui fut alloué à sa naissance. Mais voilà: dans la Mauritanie de 2011, les tabous ancestraux font de la résistance

Aucun commentaire:

Publier un commentaire