samedi 25 juillet 2015

Nouakchott, capitale africaine

Pour quelques jours, la capitale du pays accueille plusieurs chefs d’Etats et de gouvernements africains dans le cadre du sommet de la Muraille Verte et des assises de l’Assemblée générale et du Conseil d’administration de l’ASECNA. L’occasion pour le pays de raviver son flanc sud et d’aller un peu plus vers cette direction pour parfaire son ancrage.
Il est bon de voir que l’Agence africaine chargée de sécuriser la navigation aérienne s’intéresse enfin à la Mauritanie. Cela s’est traduit par l’inauguration de plusieurs réalisations de l’Agence.
Selon une dépêche de l’AMI, le ministre de l’équipement et des transports et le directeur général de l’ASECNA ont inauguré à Nouadhibou : un bloc technique et une tour de Contrôle dont la réalisation a coûté 1.838.535.148 Ouguiyas soit près de 2 milliards de FCFA, une station synoptique d'observation météorologique et de ses voies d'accès pour près de 411.612.347 Ouguiyas soit 300 millions FCFA.
A Nouakchott, les deux responsables ont procédé à l’inauguration des nouveaux bâtiments de la Centrale Electrique à hauteur de plus de1.264.067.243 Ouguiyas soit 2 milliards de FCFA et du Centre de Contrôle Régional (CCR) de l’Aéroport International OUMTOUNSY de Nouakchott pour plus 2.284.911.624 Ouguiyas. Ce CCR dont la construction du bâtiment est achevée sera entièrement équipé en matériels techniques de dernière génération et sa mise en service entrainera la sectorisation de l’espace géré par l’actuel centre de Nouakchott. La centrale quant à elle sera équipée de deux groupes électrogènes d’une puissance de 650 KVA chacun permettant d’assurer l’alimentation en énergie électrique de toute la zone technique du nouvel aéroport et l’ensemble des systèmes de communication, de surveillance concourant à la gestion du trafic dans l’espace aérien sous la responsabilité du centre de Nouakchott.
Enfin, le Directeur Général a procédé à l’inauguration d’un radar équipé de groupes électrogènes et d’un simulateur de contrôle pour un montant de 1 milliard 960 millions de FCFA. Le système permettra une visualisation du trafic évoluant dans l’UTA, d’où une amélioration de l’efficacité et de la sécurité de la gestion du trafic. Le radar fournit dans sa zone de couverture les positions des aéronefs équipés de transpondeur. En dehors de la portée radar, le système donnera des positions ADS des aéronefs connectés et des positions «plan de vol» de ceux qui ne le sont pas. 
Le communiqué rappelle que d’autres projets sont en cours en Mauritanie et devraient être réalisés dans les prochains mois. Il s’agit de : l’acquisition d’une station météorologique aéronautique pour le nouvel aéroport de Nouakchott pour plus de 450 millions FCFA ; l’acquisition de nouveaux moyens de communication HF pour plus de 400 millions FCFA ; l’acquisition d’aides à la navigation (ILS/DME et CVOR à Nouakchott, de CVOR solaires à Néma et Zouerate) pour un montant de 1 milliard 640 millions de FCFA; l’acquisition de nouveaux moyens de communication VHF pour plus de 400 millions FCFA pour la mise à niveau des stations déportées d’Atar, Bir Moghrein, Lemghayti et Tidjikja.
Le directeur général de l’ASECNA a salué «l’esprit révolutionnaire de la conception de cet aéroport qui au départ ne paraissait pas sérieux mais finira par devenir un exemple particulier. En effet, le contribuable et l’usager n’ont pas déboursé une ouguiya donc pas de consommation sur avance de l’Etat. L’Etat n’a pas fait payer les usagers avant les prestations». Reste à savoir si l’aéroport sera effectivement construit et mis en service dans les délais prévus.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire