mardi 21 juillet 2015

La revanche des Perses

On peut dire : l’Occident triomphant vient de faire plier successivement les Grecs et les Perses, les dépositaires de vieilles civilisations qui ont participé richement à l’établissement de cette culture de l’universel qui est devenu la propriété de tous. La Mondialisation a enfin broyé les derniers bastions de résistance au cycle infernal de l’uniformisation.
On doit dire plutôt : l’Iran vient de prendre sa revanche sur tous ses ennemis, tous ceux qui se sont ligués, un jour ou l’autre, pour faire plier cette Nation millénaire lui doivent aujourd’hui respect et crainte.
Face aux Etats-Unis d’Amérique, la République Islamique d’Iran a tenu tout ce temps. Malgré l’embargo, malgré les menaces, les coups bas répétés, les complots, la mise au ban de la communauté internationale. En quelques trois décennies, l’Iran parvient ainsi à négocier son retour sur la scène internationale, avec la reconnaissance de ses ennemis d’hier.
Acteur incontournable de la stabilisation de la région du Moyen-Orient, l’Iran n’a pas eu besoin d’user de toute son énergie pour faire comprendre aux Américains, et à travers eux aux Occidentaux, que la voie du dialogue avec l’Iran était l’unique vois à suivre. Dès son accession à la présidence, Barack H. Obama l’avait déclaré haut et fort. Pas d’autre alternative que de discuter avec l’Iran. Dix ans de dialogue soutenu.
Téhéran est aujourd’hui la Mecque de tous les diplomates occidentaux. La course pour les marchés iraniens et pour les affaires en Iran est à son comble. Aucun des pays n’accepte de rester à la traine. Ce qui augure de belles perspectives pour ce pays.
Face à l’ensemble des pays de son environnement immédiat, l’Iran a aussi tenu. Face d’abord aux Arabes qui lui ont fait une guerre coûteuse pendant une quinzaine d’années. Les pays du Golf ont financé la guerre menée par l’Irak de Saddam Hussein contre l’Iran. Ils ont été appuyés par tous les membres de la Ligue Arabe.
Face ensuite à Israël qui a déployé tout son savoir-faire en termes de lobbying pour isoler l’Iran, l’encercler puis empêcher la conclusion de l’accord.
Ce n’est pas par hasard aujourd’hui que les seuls pays qui expriment clairement leur hostilité à l’accord sont Israël et les pays arabes. Pour une fois que le combat des régimes arabes et d’Israël est clairement le même. Que peut-on en conclure ?
La République Islamique d’Iran est aujourd’hui un pays démocratique où des élections régulières permettent une alternance pacifique au sommet du pouvoir, où le moteur du jeu politique est l’opposition entre le conservatisme inspiré par l’oligarchie religieuse et la Modernité (hadatha). Dans un environnement où des familles règnent sans partage, dilapident les ressources et ne sont même pas capables de défendre l’intégrité, l’honneur et l’autonomie de décision de leurs pays. Dans un environnement où les coups d’Etat sont la seule expression de l’alternance… De quoi faire détester ce pays et son système de gouvernement…
Aujourd’hui, la République Islamique d’Iran, son peuple et son gouvernement sont les seuls à se rappeler de cette cause que fut la Palestine, les seuls soutiens à la résistance à Israël… C’est à Téhéran qu’il faut chercher ce qui reste de la belle époque révolutionnaire anti-impérialiste et anticolonialiste. Pas ailleurs. Une raison de plus de haïr l’Iran… parce qu’elle est une objection de conscience à ceux qui ont baissé les bras, ceux qui ont accepté de se rendre… 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire