mercredi 10 juin 2015

La Tricité, mégalopolis

Je me réveille le matin, très tôt. Après avoir fini tout ce que j’ai à faire, y compris le petit-déjeuner, je descends attendre dans le hall de l’hôtel. Dans un moment de pleine oisiveté, je saisis une revue tout en Polonais en me disant que je regarderai les photos en essayant d’imaginer de quoi l’on parle. Surprise : à la troisième page, une belle photo d’une tente de chez moi, sous la tente un homme, une femme et leur enfant… tout sourire… le bonheur des bédouins du Sahara…
Sous la photo un texte d’une trentaine de ligne. J’ai tout de suite repéré le mot «Mauretanii»… trois fois… puis le nom de Abderrahmane Sissako mais pas son film Timbuktu. Mais de quoi devait parler le papier si ce n’est de cinéma ? Quand mon guide-interprète arrive, il m’explique qu’il s’agit d’un papier annonçant le festival «Printemps de cinéma» de Gdansk auquel notre compatriote et notre héros national est invité. L’auteur explique que le réalisateur est mal connu en Pologne mais qu’il a un grand succès en Europe et ailleurs… ma journée commence bien.
Direction : le Centre européen de solidarité. Quelque chose de tout nouveau. Une sorte de musée dédié au mouvement Solidarnosc et à la lutte qui a commencé par être le fait de la classe des travailleurs pour finir en une révolution populaire impliquant toutes les forces vives de la Nation. Tout a commencé ici dans les chantiers navals Lénine de Gdansk. C’est ici que les prolétaires de toute la Pologne se sont unis pour contester l’hégémonie du Parti communiste et au-delà le joug de l’Union soviétique. A l’intérieur du musée, c’est le cheminement de cette révolution qui est repris et commémoré.
Devant le centre se dressent trois grandes croix qui ont été dressées ici par les ouvriers de Gdansk en mémoire de ceux des leurs qui sont tombés dans les événements de 1970. La croix ici, c’est quelque chose qu’on respire. Où vous vous tournez, il y a un symbole religieux vous rappelant que vous êtes en terre de chrétienne (catholicisme principalement). Et comme dit le philosophe français Michel Onfray : «Toute civilisation épouse le mouvement de spiritualité qui la porte et la rend possible», ici c’est le catholicisme qui a porté la révolution. Sans le Pape Jean-Paul II, on peut se demander de ce qu’il serait advenu du mouvement ouvrier de Gdansk. Ici, la ferveur religieuse a été le moteur de la résistance au communisme. Elle a donc soutenu la révolution.
Le 13 décembre 1981, le général Wojciech Jaruzelski déclare l’état d’urgence. Ce jour-là, un photographe heureux prend un cliché montrant le cinéma Moscou de Varsovie affichant le célèbre film Apocalypse Now et dans les rues les chars de l’Armée qui écrasaient déjà l’insurrection. Un résumé du chaos qui allait survenir. Il faudra attendre le désengagement russe et la Perestroïka pour voir le régime militaire lâcher du lest. La voie est ouverte pour la démocratisation seulement en 1989. Le 4 juin de cette année, les Polonais votent pour Solidarnosc et son leader devient le premier Président élu de Pologne.
L’histoire ne se termine pas là. Gdansk qui a vu le déclenchement de la première guerre mondiale, qui a été détruite par cette guerre, cette ville qui a été le berceau de l’insurrection qui a finalement libéré le pays, cette ville est aujourd’hui en pleine mutation. Avec son stade gigantesque construit à l’occasion de l’Euro 2012, avec ses zones spéciales de développement, ses centres technologiques, son ouverture sur la Mer baltique, le dynamisme de son économie et surtout l’afflux de touristes venus contempler «l’or du Nord» (Ambre). Tout ici reflète les couleurs de cette pierre précieuse, résidu d’un autre âge.

En grandissant la ville a formé une sorte de mégalopolis avec deux autres centres urbains : Gdynia et Sopot. Si Gdynia est un prolongement de l’activité du port de Gdansk, elle est aussi une sorte de Silicon Valley. Alors que Sopot est une magnifique station balnéaire qui se trouve sur la Baltique. L’ensemble de ces cités est appelé ici la Tricité.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire