mardi 2 juin 2015

Apprendre de l’Autre

Commentant son dernier ouvrage, Cosmos, le philosophe français Michel Onfray nous apprend deux choses fondamentales que je voudrai partager avec ceux de mes compatriotes qui ont encore le temps et le souci de lire et d’apprendre des autres.
«La parole est survalorisée dans ce monde où l’angoisse contraint les humains à boucher les trous ontologiques par un flux continu de mots qui, la plupart du temps, ne veulent rien dire – flatus voci. Le silence est pris pour une agression, un désintérêt, alors que c’est le flux ininterrompu de mots qui est agression et désintérêt du monde. Quand peu parler s’accompagne de bien parler, parler juste et profond, le verbe est un trésor, et le silence aussi, puisqu’il le rend possible.»
En lisant ces lignes, on ne peut s’empêcher de penser à notre scène médiatique et culturelle. Des flots ininterrompus de paroles qui commencent très souvent par des affirmations rapidement infirmées par les développements qui suivent, pour finir fatalement sur des conclusions complètement inattendues voire improbables. En général, l’on à dire n’importe quoi quand on sent qu’il n’y a pas de comptes à rendre, quand on n’est pas comptable de ce qu’on dit. Alors on peut dire tout et son contraire. A entendre ceux parmi nous qui squattent l’espace public – la gazra est un phénomène bien de chez nous -, on est sidéré par la facilité avec laquelle on peut se permettre de pérorer, disserter sans retenue, sans réserve.
Ce soir j’ai entendu un homme politique mauritanien défendre ardemment l’ancien Président du Burkina Faso, Blaise Compaoré. Il en voulait au journaliste qui avait utilisé les termes «dictateur» et «sanguinaire» à l’endroit du Chef d’Etat burkinabé renvoyé par une révolution populaire après avoir cherché par tous les moyens à traficoter les Institutions de la République pour rester au pouvoir. «Il faut retirer ces appréciations parce que tu n’as pas vu le Burkina Faso et ce que Blaise en a fait. Si tu avais été au Burkina, tu n’aurais pas dit de telles absurdités à l’encontre de cet homme qui a fait du Burkina un pays moderne et développé…» Selon cette logique, il ne faudra pas dire de Kadhafi qu’il a été un dictateur, ni de Ben Ali, ni Moubarak, encore moins de Assad…
Tout dire pour ne rien dire dans la réalité. Ecoutez-les, prédicateurs, tribuns politiques, intellectuels, poètes. Lisez-les, écrivains, analystes des hebdomadaires, quotidiens et sites multiples, scribouillards de toutes origines. Ecoutez-les, lisez-les et essayez de sortir une idée, une proposition, un diagnostic complet d’une situation, un constat irréprochable… vous m’en direz des nouvelles, disent ceux de RFI.
Que reste-t-il ? Les insultes et les mauvaises prophéties. «L’agression», c’est ce qui reste quand on a tout perdu… en matière d’arguments, de logique, de vérité. Ensuite la peur : «Faire peur est tout juste bon pour ceux qui ont renoncé à la raison – et qui sont nombreux ces temps-ci», nous apprend Michel Onfray.
«Parce qu’un philosophe qui utilise la peur comme méthode renonce à la raison, à l’éducation, à la démonstration, à la persuasion, au dialogue, à l’échange pour tabler sur les passions, le pathos, le sentiment, l’émotion, qui sont mauvais conseillers quand on veut penser juste et droit.» Il suffit de remplacer le mot «philosophe» par «politique» ou «intellectuel» ou encore «activiste», pour décrire ce qui se passe présentement chez nous. Pouvoir convaincre, séduire par la force de l’argument et la pertinence de la proposition, ce n’est pas ce qui est recherché. Plutôt installer l’opinion publique dans une atmosphère de déraison, dans une logique d’incertitudes, de peur du lendemain immédiat… Les acteurs de chez nous oublient qu’en nous désespérant du présent, ils nous disent qu’ils n’ont pas de futur à nous proposer.

Ici apparait l’urgence d’un changement qui passe nécessairement par cette jeunesse dynamique, nourrie de modernités, plus ou moins libérée des carcans… cette jeunesse doit oser et risquer… ce que ses ainés n’ont jamais fait.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire