mardi 6 janvier 2015

Le danger se rapproche

A quelques encablures de la frontière entre le Mali et la Mauritanie, les Jihadistes viennent de mener leur attaque la plus spectaculaire et la plus meurtrière. A Nampala au Mali, le bilan provisoire se chiffre à neuf tués au sein de l’armée régulière malienne. On parle aussi d’otages pris par les assaillants au moment de leur retrait.
Selon les informations fournies çà et là, les assaillants auraient pénétré dans la ville au petit matin à bord de motos et à pieds. Ce qui indique que leur point de départ n’est pas loin. Ils ont pris possession des bâtiments officiels sur lesquels ils ont hissé le drapeau noir frappé de la profession de foi des Musulmans. Ce drapeau qui est d’abord celui d’Al Qaeda au Maghreb Islamique (AQMI) avant d’être le signe de reconnaissance de ceux de l’Etat Islamique (Da’esh). Parmi les assaillants, il y aurait surtout des Peulhs et des Touaregs, selon certaines sources.
Côté malien, on estime que les assaillants sont partis de Wagadu, cette forêt rendu célèbre par les incursions de l’Armée mauritanienne en 2010 et 2011 quand elle avait réussi, à elle seule, à empêcher l’établissement d’une base terroriste en ce lieu. A l’époque, il faut le rappeler, la mauvaise volonté du gouvernement Amadou Toumani Touré (ATT) et la complicité des populations locales avaient empêché l’extermination des groupements de combattants terroristes d’AQMI.
Même si côté mauritanien on ne déplore aucune incursion tout près de notre frontière, il y a lieu de s’inquiéter des développements de l’insécurité dans cette partie du Mali. En effet, la proximité des centres urbains désormais cibles des terroristes, la fragilité des populations locales, la possibilité d’infiltration d’éléments isolés, tout cela ne peut laisser indifférent ici.
L’inquiétude a d’ailleurs été exprimé par le Président de la République Mohamed Ould Abdel Aziz lors de son déplacement à Conakry quand il a jugé que cette attaque «est très grave parce que Nampala est au sud, et c’est à la frontière avec la Mauritanie». Quelle réponse donner alors ?
Il est utile d’accélérer le processus de mise en place d’une force sahélienne pour faire face à la menace qui s’étend à tous les pays dits du champ, c’est-à-dire l’Algérie, le Niger, le Mali et la Mauritanie. Les chefs d’Etats Major des Armées de ces pays se trouvent actuellement réunis à Alger où ils essayent de trouver une solution commune au trafic d’armes venus de Libye. Il s’agit pour eux à présent de mutualiser réellement leurs efforts pour éviter la sanctuarisation du Nord Mali.
Il ne s’agira plus de simplement procéder «à un échange d’analyses et d’informations», encore moins d’évaluer des «actions» qui n’ont finalement pas eu lieu, mais de mettre en œuvre effectivement «la stratégie de lutte contre le terrorisme et la criminalité organisée adoptée entre ces pays». Cela commence par définir l’action à mener dans l’immédiat pour éviter les débordements des guerres qui se passent – et celles qui couvent – dans le Nord Mali.
Pour ce qui est de la Mauritanie, la position vis-à-vis de cette guerre qui reste la nôtre pour les menaces qu’elle fait peser sur la stabilité et la sécurité de notre espace, cette position a été jusque-là sage et payante.
D’abord l’offensive préventive qui a permis d’éloigner la menace quand aucun autre pays ne voulait participer à la lutte contre le terrorisme dans le Nord Mali. Ensuite le refus de s’embarquer dans une opération d’urgence dont les conséquences pèsent déjà dans la complication de la situation. Enfin la solidarité avec les pays voisins et peuples frères avec l’accueil des réfugiés et l’implication dans la recherche de solutions aux problèmes posés.
Tant que les terroristes s’abstiennent de cibler la Mauritanie, il n’y a pas de raison d’ouvrir un front avec eux. Sans pour autant oublier l’adage latin : Sivis parcem para bellum (qui veut la paix prépare la guerre).

Aucun commentaire:

Publier un commentaire