mercredi 31 décembre 2014

Ce qu’il faut retenir de 2014 (3)

L’année politique se termine avec la perspective du renouvellement des deux tiers du Sénat. Plusieurs fois remises à plus tard, voilà qu’elle est décidée pour la mi-mars prochain. Cette élection se fait en l’absence, toujours, d’une partie de l’opposition, notamment des formations qui n’ont pas pris part aux élections municipales de fin 2013 : les conseils municipaux issus du scrutin de 2013 forment le collège électoral des sénatoriales futures. Des partis comme le RFD (rassemblement des forces démocratiques de Ahmed Ould Daddah), l’UFP (union des forces du progrès de Mohamed Ould Maouloud), entre autres partis du Forum pour la démocratie et l’unité (FNDU) ne feront certainement partie de la course. Alors que Tawassoul, Al Wiam, l’APP, l’AJD/MR pourront concourir, eux qui ont des conseillers.
L’on retiendra que le boycott prouve encore une fois qu’il ne procède pas d’une vision prospective et positive de l’exercice politique. Des partis ont ainsi choisi de se mettre hors jeu, sans prendre en compte la réalité du terrain et des rapports de force. Ils ont cru que l’absence pouvait occasionner une crise, voilà qu’elle crée un vide rapidement comblé par d’autres acteurs, pas forcément les plus attendus. L’on retiendra deux de ces acteurs.
Birame Ould Dah Ould Abeid doit beaucoup à l’absence des acteurs traditionnels. Son discours prenant en charge les frustrations les plus aigues, a profité du recul et/ou de l’absence d’un discours unificateur tout en étant revendicatif. La nature ayant horreur du vide, les frustrations étant réelles et parfois légitimes, le candidat Biram Ould Abeid a puisé dans ce terreau pour devenir l’homme politique qu’il est devenu. Avec ses 8%, il sentait l’air du fameux renouvellement de la classe politique devenu un leitmotiv ces dernières années.
Tawassoul, le parti des Islamistes est le premier des partis d’opposition ayant participé aux élections législatives et municipales de 2013. Il hérite à ce titre de la présidence de l’Institution de l’Opposition démocratique. Un tremplin qu’il va certainement utiliser dans la perspective de l’échéance qui se pointe en 2019 et qui coïncide avec la fin du deuxième mandat du Président Mohamed Ould Abdel Aziz.
Une première rencontre entre le Président de la République et le nouveau bureau de l’Institution ouvre déjà la porte à de nouvelles chances d’entamer un dialogue sain entre les acteurs. Même si Tawassoul reste prisonnier d’une recherche équilibriste entre un FNDU qui n’entend pas céder une once sur ses positions et qu’il ne peut envisager de quitter dans l’immédiat, et l’exigence pour lui de regarder vers l’avenir et de s’assurer l’accomplissement d’une stratégie de conquête de pouvoir plus ou moins murie.
Comment faire pour donner à l’Institution toutes les chances de réussir sans toutefois se heurter aux partenaires du FNDU ? Comment phagocyter les leaderships traditionnels, les canaliser pour s’en servir le moment venu ? Comment ne pas éveiller les suspicions des partenaires et des adversaires ? Comment définir les uns et les autres et sur quels critères ? Comment mettre en confiance Pouvoir et Opposition pour les ramener à la table de dialogue et s’imposer ainsi comme le facilitateur du moment ?
Dans le court et moyen termes, les rapports en politique dépendront des choix que feront les nouveaux partenaires que sont l’Institution de l’Opposition démocratique et la Présidence de la République. Si le courant rétabli aboutit à une ouverture politique des uns sur les autres et si l’Institution réussit à entrainer dans son sillage ne serait-ce qu’une partie des compagnons du FNDU, il est probable, même très probable, de voir aboutir une nouvelle dynamique plus ou moins inclusive. En tout cas un mouvement qui puisse signifier la reprise du chemin d’une certaine convergence.
A long terme, il faut envisager l’avènement d’un Monde nouveau débarrassé de certaines contingences qui nous freinent aujourd’hui, notamment des vieilles querelles qui tiennent et inspirent encore les acteurs de la scène. La transition qui durera encore produira nécessairement le renforcement des acquis en matière de libertés, surtout d’expression, d’association et de manifestation. Le processus de démocratisation entamé sans démocrates – les acteurs étant pour leur écrasante majorité produits par les écoles du monolithisme – trouvera enfin des animateurs à même de le faire avancer sur la voie du raffermissement de l’Etat de droit garant de l’égalité et de la justice entre ses citoyens.
Malgré les prophètes qui nous promettent malheurs et désolations, il faut espérer fermement que l’avenir, le meilleur, est devant nous.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire