jeudi 20 novembre 2014

Alliance antiterroriste

Sur invitation de la Direction nationale de la sûreté nationale (DGSN) de Mauritanie, une quinzaine d’acteurs dans la lutte contre le trafic de drogue et le terrorisme se sont retrouvés à Nouakchott pour discuter de la possibilité de coordonner et de mutualiser leurs efforts. La réunion a duré deux jours (18-20 novembre) et a eu pour thème : «Drogue et terrorisme : pour un renforcement de la coopération régionale».
Le groupe des «experts de haut niveau» est sorti de la rencontre convaincu de la nécessité de «créer une synergie entre tous les services nationaux impliqués dans la thématique» du crime organisé, pour faciliter les échanges d’informations, développer une banque de données mise à la disposition de tous, harmoniser les législations, lutter contre la désinformation, définir une stratégie commune, entreprendre des actions communes, envisager la création d’un centre régional dédié à la lutte contre le trafic de drogue, multiplier les rencontres à cet effet…
Les participants ont vu dans l’expérience mauritanienne un modèle à adopter : adoption d’une stratégie passant de l’approche sécuritaire à la lutte contre les ressorts idéologiques du phénomène du terrorisme, vers la fermeté vis-à-vis des trafics par le contrôle de plus en plus effectif du territoire national… Des éléments de base qui doivent faire l’objet de partage et d’affinement pour les rendre plus efficaces et plus à même d’arriver à bout du crime organisé. La réponse ne pouvant venir d’un Etat seul, la coopération régionale est nécessaire.
C’est la plateforme conçue par le G5 Sahel (créé en mai 2014 par Burkina, Tchad, Niger, Mali et Mauritanie) qui sert de base de travail. C’est dans ce cadre aussi, que les participants à une plus grande coopération dans le domaine de la lutte contre le crime organisé.
Ils ont décidé la création d’une revue spécialisée dénommée «La lettre de Nouakchott» qui aura pour vocation d’«informer de manière régulière ses membres sur l’organisation de réunions régionales ou colloques sur des thèmes liés à la sécurité en général et la lutte contre la drogue et le terrorisme en particulier». Elle devra aussi proposer articles, analyses, études, contribuant ainsi à une meilleure compréhension de ces phénomènes et à une plus grande mutualisation des connaissances s’y rapportant. L’édition de la revue a été confiée à la partie mauritanienne (DGSN).
Sans prendre un rendez-vous formel, les participants ont souhaité que la deuxième réunion se tienne dans le courant de 2015.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire