samedi 20 septembre 2014

Reboiser encore

La relance de l’opération reboisement dans le cadre de la Grande Muraille Verte sahélienne, nous donne l’occasion de faire les constations suivantes :

  • Il y a quelques 25 ou 30 années, était lancé à Nouakchott le grand projet de la Ceinture Verte. Il doit avoir coûté quelques milliards sans compter les mobilisations gigantesques et théâtrales dans le cadre des Structures d’éducation de masses (SEM, organe politique du Comité militaire des années 80). Ce projet qui avait réussi quand même à stabiliser le front dunaire au nord de Nouakchott et sans doute à atténuer les effets de la sécheresse sur le microcosme de la capitale, ce projet a disparu aujourd’hui. A ses lieux et places toute cette zone qui prolonge Tevraq Zeina au nord et qui a fait partie de la contrepartie du marché de l’aéroport international en construction. On a rasé la ceinture verte pour permettre la construction de nouveaux quartiers résidentiels.
  • Depuis quelques années, le cycle hivernal plutôt heureux, a permis une régénérescence du couvert végétal à l’intérieur du pays. Dès qu’on sort de Nouakchott, on constate le retour d’une végétation qui promet d’être luxuriante et qui rappelle déjà le temps d’il y a longtemps, quand il était encore difficile de se mouvoir à cause des épineux qui couvraient le sol. Sur toutes les routes, celle allant vers les régions est, celle allant vers celle du sud, celles allant vers le Nord et le Nord-Ouest, partout vous remarquerez cette vie qui reprend et qui promet la restauration de l’environnement d’antan. Partout vous remarquerez aussi les constructions qui poussent dans le désordre, en dehors de tout plan d’urbanisation et au détriment de l’environnement.
  • Si le département de l’environnement veut rendre service à la Mauritanie, il se doit de classer des territoires entiers et de les interdire à toute habitation sédentaire. La réorganisation de l’espace est la condition sine qua non de réussite pour ces projets de regroupements des populations qui doivent servir à quelque chose.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire