samedi 22 février 2014

La deuxième révolution ukrainienne

C’est en novembre 2004 que nous devions assister à la première révolution ukrainienne, celle qu’on a appelée «la révolution Orange» pour la couleur arborée par les manifestants. On estime que le «printemps arabe» a pris comme modèle cette révolution-là retransmise en direct par les chaines satellitaires comme Al Jazeera.
Elle faisait suite à la proclamation des résultats d’une présidentielle contestée par la plupart des Ukrainiens qui dénoncent la mainmise sur le pouvoir du «clan de Donetsk», le nom de cette grande ville de l’Est alliée de Moscou et fournit les présidents toujours «bien élus». C’est le cas de Viktor Ianoukovytch dont l’élection est contestée par une série de manifestations qui vont aboutir à la révolution Orange. Les principaux leaders de ces manifestations sont Viktor Iouchtchenko, candidat malheureux, et Ioulia Tymochenko, la charmante et charismatique opposante dont les tresses traditionnelles finissent par devenir l’un des symboles de cette révolution.
La reprise des élections ne permet pas de rupture parce que l’élu, Viktor Iouchtchenko instaure un régime marqué par les mauvaises pratiques et les règlements de compte. Le premier résultat est la radicalisation dans les clivages entre Pro-Russes et Pro-Occidentaux. En 2010, Viktor Ianoukovytch est élu président. C’est la revanche des Pro-Russes. C’est naturellement ce clivage qui fait déclencher la deuxième révolution qui est en train d’aboutir sous nos yeux.
Le 21 novembre 2013, Viktor Ianoukovytch décide de suspendre un accord entre son pays et l’Union Européenne. L’homme est déjà contesté pour sa mauvaise gestion et pour ses relents autoritaristes. Il est cependant soutenu par Moscou et par son président Vladimir Poutine qui s’engage à subvenir aux besoins de l’Ukraine en proposant un prêt de 15 milliards dollars le 17 décembre. Mais la tension ne baisse pas.
Contre lui, un rassemblement qui tire sa légitimité de l’actif de la révolution Orange. C’est le cas notamment de ceux du parti Batkivchtchina (Patrie) créé par l’opposante historique Ioulia Timochenko et dont le porte-parole devant les manifestants de Maïdan à Kiev est Arseni Iatseniouk avocat, ancien ministre des affaires étrangères, ancien président de l’Assemblée ukrainienne.
Autres figures de l’opposition : Vitali Klitschko, chef du parti Alliance démocratique ukrainienne pour la réforme (UDAR), et qui est un ancien champion de boxe. Tous partagent un fort engagement pour l’Europe et une méfiance pour la Russie.
Ioulia Timochenko, libérée après quelques trois ans de détention, semble être la figure d’avenir. Même si elle est fondamentalement pro-russe, elle bénéficie d’une large sympathie dans les milieux de l’UE. Sa libération a été l’épilogue d’une seconde révolution. Peut-être le prologue d’un monde nouveau pour ce peuple déchiré par ses appartenances européenne et russe ?

Aucun commentaire:

Publier un commentaire