mardi 31 décembre 2013

Tribunal spécial

Réuni ce mardi 31/12, le Conseil de la Magistrature dirigé par le Président de la République, a évité d’aborder la question des affectations qui prend en général une grande partie de son temps. Comme il n’a pas été question de l’avancement en grade. Une seule décision concernant le personnel a été prise : entériner le recrutement de huit nouveaux Magistrats dont une femme. Une première en Mauritanie, même si une femme est en fin de formation à l’Ecole nationale d’administration, de journalisme et de magistrature (ENAJM). Une avancée à saluer en ces temps de recul majeur et de régression mentale…
Mais la grande décision reste la création d’un Tribunal spécial chargé des crimes de l’esclavage. Dans un pays où la question du traitement réservé par la justice à la pratique est controversée, il est important d’avoir une Cour spécialement dédiée à faire appliquer la loi criminalisant la pratique.
Avec cette innovation, la criminalisation prendra forme. Ce qui évitera toutes les indulgences relevant souvent de la mauvaise volonté des Juges et donnant une image négative du pays. Permettant l’application stricte de la loi.
Il est désormais difficile d’empêcher une procédure liée à la pratique d’aboutir à une condamnation effective des auteurs. Les victimes sont désormais certaines de trouver réparation. Ce qui devrait rassurer les organisations de défense des droits humains qui font de la lutte contre l’esclavage une cause.
Parce que des cas sont signalés ici et là, il y a lieu d’aller vite dans la procédure de mise en place d’une telle juridiction. Le plus vite sera le mieux.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire