jeudi 27 juin 2013

Front anti-Mamère

La visite de l’ancien juge antiterroriste, Jean-Louis Bruguière entre certainement dans le cadre de la préparation du procès en diffamation intenté au député Noël Mamère qui avait accusé le Président Ould Abdel Aziz d’être un parrain de la drogue. On se souvient du passage, il y a quelques semaines, d’un groupe de parlementaires français qui étaient, eux aussi, venus en quelque sorte apporter un soutien à la victime des propos inconsidérés du député européen.
Même s’il a tempéré ses propos en disant qu’il a parlé du Président mauritanien comme il aurait parlé de n’importe quel autre Président africain, le député n’a pas encore accepté de présenter des excuses franches et sans appel. Alors que ses propos étaient diffamatoires et dangereux pour la stabilité du pays et pour sa cohésion. D’ailleurs, ils ont alimenté la polémique politique intérieure donnant un argument à une opposition qui se relevait difficilement des effets du «tir ami» sur le Président Ould Abdel Aziz.
Dès qu’une «affaire» est consommée, en apparait une autre qui enflamme les esprits, donne espoir aux détracteurs du régime qu’il s’agit là de l’occasion rêvée de le faire basculer et occasionne rumeurs et intoxications. Pour finir en «pschitt». La «balle amie», les propos de Mamère sur l’implication du Président de la République dans le trafic de drogue, le «Ghana gate» ou «Accra-gate», cela dépend de qui parle et de quand est-ce qu’il parle, en passant par la relation du Président avec les affaires (Hondon, les nouvelles banques, les nouveaux riches, les cousins…)… tout y fut… nous y reviendrons certainement.
L’ancien Juge Bruguière a été reçu par le Président de la République. Cité par les agences à sa sortie d’audience, il a qualifié de "calomnieux et diffamatoires" les propos "tenus en Europe" dans le but de "nuire à la stabilité du pays considéré, à ses institutions et à son président et à la relation bilatérale entre la Mauritanie et l’Union européenne". Et de préciser que "tous ces propos ne sont pas fondés" et ont été tenus "dans une vision assez partisane et idéologique".
"Les éléments que j’ai pu accumuler dans le cadre de mes activités vont à l’encontre de ces accusations calomnieuses", a dit le juge Bruguière. Et de souligner : "en tant que juge, je suis le premier à dénoncer des excès comme tout un chacun ; par contre, je ne peux que m’insurger lorsqu’il y a, à des fins pauliciennes, partisanes ou idéologiques, des propos calomniateurs infondés".
Il a par ailleurs salué "l’action résolue menée activement par la Mauritanie à la fois contre les réseaux" d’Al Qaida au Maghreb islamique (AQMI) et la "criminalité organisée qui y est associée" voire même "indissociable", qu’il s’agisse de la lutte contre les réseaux de stupéfiants et de tous les trafics dans la région ou des enlèvements de ressortissants étrangers contre des rançons.
"J’observe que la Mauritanie a une vraie stratégie de lutte contre le terrorisme dans un environnement qui est incontestablement fragile", a expliqué Jean-Louis Bruguière qui a considéré que même si la sécurité est revenue et que la zone du Nord Mali est pacifiée, tout reste à solidifier.
L’ancien juge français a estimé que "dans cet ensemble fragile, la Mauritanie constitue un pôle majeur et important de résistance, de résilience et de bonne gouvernance où la sécurité a été restaurée et des efforts considérables de développement" ont été déployés.

Et d’ajouter : "comme observateur relativement éclairé, avec une certaine expérience, et ami de la Mauritanie, je vois que ce pays joue et continue à jouer un rôle important dans l’équilibre régional et la relation" entre la Méditerranée, la zone sahélo-saharienne et l’Europe.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire