mardi 5 février 2013

Où sont les élites maliennes ?


Les images ont défilé en cette journée de samedi (2/2). Celles d’un Mali recevant un «libérateur» en la personne de François Hollande, puis celles d’un Mali fêtant sa qualification pour les quarts de finale de la Coupe d’Afrique des Nations. Autant les premières dérangeaient, autant les secondes faisaient plaisir.
Un Mali qui passe toutes les grandes équipes en faisant preuve d’un engagement très fort, d’une grande adresse dans le jeu, et d’une volonté d’aller jusqu’au bout. C’est ce que nous avons vu le Mali développer sur la pelouse du stade de Durban en Afrique, malgré la présence de milliers de supporters adverses. Un Mali solidaire malgré l’expression nette de quelques individualités, de quelques grandes valeurs…
Un Mali incapable dé ragir de lui-même à ce qui lui arrive, d’assumer, de se prendre en charge, de régler par lui-même ses problèmes, de les poser de façon correcte, d’imaginer un avenir commun, de relever les défis immédiats…, c’est ce que nous avons vu à Sévaré, Tombouctou et Bamako.
La parade du Président François Hollande aura servi à mettre à nu les faiblesses de l’entreprise, mais surtout la démission des élites maliennes. Lesquelles ont déserté le terrain de l’action depuis bien longtemps.
Comment expliquer l’absence des élites maliennes de la scène en des moments pareils ? Où sont passés les grands artistes qui nous émerveillaient par l’exercice d’un art qui a bercé une Histoire millénaire ? Où sont-ils ces politiques et militants qui ont payé pour la libération de l’homme malien imposant les premières transitions pacifiques sur le continent africain ? Où sont ces grands sportifs qui se sont imposés en modèles à la jeunesse africaine ? Où sont-ils ces professeurs, ces historiens, ces économistes… qui ont peuple nos vues des décennies entières ?
Samedi dernier, la scène malienne était déserte de tous ceux-là. On a certes vu le Président François Hollande faire un bain de foule à Tombouctou où il a été reçu par une partie de la population (il n’y avait aucun Touareg, aucun Arabe et peu de Peulhs dans la foule). On l’a vu discourir devant quelques dizaines (moins de mille) de personnes venus l’acclamer à Bamako. On l’a vu se démener pour trouver un rôle à son accompagnateur, le Président par intérim Dioncounda Traoré. On a vu celui-là interpeller gentiment les officiers français (pas les Maliens). On a vu le Président François Hollande recevoir un jeune dromadaire en cadeau de la part de quelques représentants de la population. Mais là on a surtout vu un «jeune» dromadaire entouré par une foule qui lui faisait peur et qui ne savait pas comment le traiter. Toute l’image de l’artifice se résumait dans cette scène. Tous ceux qui s’agglutinaient autour de l’animal qui blatérait sans cesse, avaient justement peur de ses réactions et l’animal, naturellement, devait être traumatisé par l’épreuve.
On pouvait attendre des élites maliennes qu’elles nous disent, qu’elles disent au Président François Hollande et au Monde ce qu’elles peuvent faire pour leur pays, ce qu’elles entendent faire de leur pays. Sinon de les entendre dénoncer que les Institutions du Mali soient mises à l’écart dans cette opération de recouvrement de la souveraineté. Les élites maliennes devaient en profiter pour exprimer un état d’esprit, celui qui les anime réellement.
Est-elle d’accord avec le processus engagé par la communauté internationale ? comment voit-elle l’avenir ? que faut-il faire pour refaire l’unité du pays et de son peuple ? quels rôles pour la classe politique et intellectuelle ?
Au moment où le Président François Hollande parade victorieusement sur le sol malien «libéré», des exactions sont commises par des éléments de l’Armée malienne, par des éléments de la police, de la Gendarmerie, par une foule excitée et déchainée… Pas seulement à l’encontre des Maliens accusés d’avoir prêté main forte aux Jihadistes ou soupçonnés d’avoir de la sympathie pour eux, mais aussi de Mauritaniens, simples voyageurs traversant le territoire malien ou résidents tranquilles participant au maintien d’un semblant de normalité. Délit de faciès…
Pas un jour ne passe sans qu’on apprenne l’arrestation, l’expropriation, parfois la molestation et même la torture de citoyens mauritaniens par des éléments de l’Appareil sécuritaire malien. Impunité et indifférence.
Ici aussi, nous attendons l’avis des élites maliennes. Depuis trop longtemps, nous espérons les entendre dénoncer les agissements inconsidérés et graves vis-à-vis de nos compatriotes. Nous avons accepté de nous taire sur l’assassinat de 13 innocents prédicateurs désarmés par l’unité de Djiabali. Il est temps pour la presse malienne de tirer la sonnette d’alarme, pour son gouvernement d’agir, pour ses élites de réagir.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire