lundi 28 janvier 2013

SNIM, de A à Z (5)


G comme Guelbs… C’est d’un pluriel qu’il s’agit, même si le mot désigne, dans l’entendement local, Guelb El Gheyn où l’exploitation du minerai pauvre a été envisagée comme une solution de rechange pendant quelques temps. Elle est toujours d’actualité même si l’usine construite au milieu des années 80 n’a jamais tourné comme il faut. La SNIM, loin de se décourager, a lancé le grand Projet Guelb II. Son directeur n’est autre que Mohamed Ould Kreikid qui a dirigé le Guel I.
Le Guel II, nous explique son directeur, est une reprise du premier projet avec le souci de ne pas commettre les mêmes erreurs et de mettre toutes les chances de son côté pour arriver à une teneur de 66% au lieu des 37% naturels. Le procédé d’enrichissement utilise l’eau et donne un produit connu sous son label commercial de GMAB qui désigne le «concentré du Guelb». Comme pour le Guelb I, il s’agit de construire une usine pour l’enrichissement qui va produire 4 millions de tonnes supplémentaires et qui va donner sa première tonne en janvier 2014. Ce qui a demandé à la SNIM de mobiliser de nouveaux engins miniers (pelles, camions…), de procéder à l’extension du chemin de fer et de construire une nouvelle centrale électrique. Tout ce qui se rapporte aux matériels de l’usine est déjà sur place et doit être monté par une société espagnole qui fait travailler déjà environ 500 personnes sur le millier d’emplois prévus. Sur les travailleurs présents aujourd’hui, on compte 100 Espagnols environ et une cinquantaine de Marocains, tout le reste est mauritanien. Le projet Guelb II demande le recrutement de 700 personnes dont 500 sont soit effectivement engagés soit en formation. Et pour assurer la qualité des montages et des matériels, c’est un bureau international qui se charge de suivre le montage du projet. Parce que l’ancienne usine a souffert de la pollution de son environnement, la nouvelle va utiliser 62 dépoussiéreuses pour alléger les effets négatifs sur l’environnement et les hommes.

H comme hématite… C’est la matière – on va dire ça comme ça – la plus recherchée par les géologues de la SNIM. Sur le site de la société, voilà comment est présentée l’hématite : «Les gisements d’hématite sont localisés principalement au niveau de la Kédia d’Ijill et de M’Hawdatt. La Kédia d’Ijill est un massif montagneux s’étalant sur une trentaine de kilomètres dans les environs de Zouérate. Elle a été le centre de l’exploitation minière au début des années soixante. M’Hawdatt est un chaînon de 14 kilomètres situé à 60 kilomètres de Zouérate. Il a été découvert à la fin des années 80. Les principaux gisements d’hématite actuellement en exploitation sont le TO 14 (Kédia) et M’Hawdatt. Ils fournissent 60% de la production totale de la SNIM. D’autres petites mines satellites, le long de la Kédia, fournissent une production d’appointement en cas de besoin».
En termes profanes, nous dirons qu’il s’agit du minerai riche qui est exploité dans la Kédia depuis le début, puis à M’Hawdatt depuis quelques années. On espère en trouver encore dans le sous-sol des fosses de Tazdit (avec les Chinois de MINMETALS), au niveau de F’Dérick et un peu partout.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire