dimanche 5 août 2012

Il était une fois le 3 août (3)


Je retiendrai quelques événements de l’époque. Notamment l’appel au vote blanc qui a constitué, à mon avis, une étape importante dans la révélation des vraies intentions de la junte.
Sur le plan politique, deux regroupements se font face : la Coordination des forces du changement démocratique (CFCD) qui regroupe APP, RFD, UFP, RC, RD, MDD, HATEM, FLAM/R, PUDS et FP, de l’autre le Mithaq qui est une reconstitution de l’ancienne Majorité de Ould Taya et qui comprend le RNI, ALTERNATIVE, PRDR, RDU, UDP, UPSD, UPC, PTUN, UDN, RNDLE, PCD, UNDD, PTG, PLMD, PAD…
La scène s’enflamme. On parle de plus en plus de «prolongations» dans la transition. On suggère même la constitution d’un gouvernement d’union nationale pour assurer le couronnement du processus. On soutient que ce gouvernement, s’il est mis en place doit avoir assez de prérogatives pour consolider les réalisations de la transition : transparence de la gestion, justice, Etat de droit, cadre de concertation… Une manière de faire passer l’idée, de la faire accepter…
La Tribune du 22/11/2006, passage d’un article titré «CMJD : la porte de sortie, c’est par où ?» : «Une dizaine de candidatures déjà déposées. De folles rumeurs sur l’éventualité d’une prolongation de la période de transition et sur la possibilité légale pour le colonel Eli Ould Mohamed Val de se présenter. Des divergences certaines au sein de l’équipe du CMJD. Tout pour faire bouger une scène plutôt morose. Tout aussi pour inquiéter». Des hommes politiques dont Khalil Ould Tiyib, premier vice-président de l’APP, et Ahmed Ould Daddah, président du RFD, sont appelés par le chef d’Etat Major adjoint, le colonel Ould Cheikh Ould Alem, membre du CMJD, pour s’entendre dire que la seule solution serait de prolonger la période de transition.
Samedi 27 janvier 2008, le 6ème Congrès des Maires se tient au Palais des Congrès. Dans une atmosphère particulièrement électrique : «Le colonel Ould Mohamed Val est-il candidat ? Est-il intéressé par une rallonge de la transition ? Soutient-il un candidat particulier ? Autant de questions qui rongent les esprits des Mauritaniens et qui empoisonnent l’espace public. Les rumeurs les plus folles se sont emparées du pays tout entier. Le silence des autorités, l’absence totale de communication, l’incapacité de l’entourage à tenir sa langue… tout a contribué à exacerber la rumeur» (La Tribune du 29/1/2007).
La neutralité du CMJD en cause : "Beaucoup de choses ont été dites à ce sujet, certains ont cru que les affaires du pays doivent s'arrêter jusqu'à ce que la question soit tranchée, d'autres ont parlé de la question des compétences du Chef de l'Etat, des décisions qu'il prend, des nominations qu’il fait." La neutralité ne veut nullement dire le laisser-aller ou l'empêchement de la mission du CMJD et du gouvernement de transition et qu'il n'y a personne qui puisse dicter ses conditions, s'agissant de la gestion des affaires du pays. La scène politique, dans ce contexte précis "a connu plusieurs approches dont certaines ont brandi la menace de ne pas accepter ce qui est de nature à arrêter le processus démocratique de transition, s'adressant dans ce sens à l'autorité et se basant sur des rumeurs sans fondements. D'autres ont, par contre, et sans preuve aussi, avancé l'idée d'arrêter la période de transition, car s'acheminant vers ce qui ne leur plaît pas".
Le Colonel  Ely Ould Mohamed Val devait dire que ce qui se pose aujourd’hui, au peuple mauritanien, c'est de choisir un Président de la République et préciser à cet effet, que certains croient que cela doit se passer sur la base du calendrier définitif et des candidatures présentes, tandis que d'autres, se prononcent contre ce calendrier et les candidatures actuelles. La solution à cette question ne peut pas être envisagée à travers des ententes illicites avec les parties prenantes et/ou des décisions arbitraires, mais plutôt, en revenant à la Constitution.
Qu'est ce qu'on peut déduire de la constitution et des lois organiques pour répondre aux questions qui se posent aux mauritaniens? Ce que je viens de vous dire, a indiqué le président du CMJD,  est tout simplement la possibilité pour chacun de vous d'exprimer toute son opinion à travers une élection nationale. Cela veut dire -précisera-t-il-  que la constitution de la République Islamique de Mauritanie adoptée avec un taux de participation  76% et avec 96% de Oui et les lois organiques complétant, reprennent les mêmes dispositions et disent que pour être élu, un président doit avoir au moins, la majorité absolue des voix exprimées et que les voix exprimées sont celles obtenues par tous les candidats ainsi que les votes blancs.
Cela veut dire pour lui, que si par le jeu du vote blanc, vous ne désirez aucune de ces candidatures, ni au premier, ni au deuxième tour, vous pouvez les refuser par votre vote blanc. Pour être élu, a-t-il dit, le conseil constitutionnel doit constater que le président a eu la majorité absolue des votes exprimés ou qu'aucun des candidats n'a obtenu une majorité absolue. Dans ce cas, cela veut dire que c'est un vote de rejet. Et en ce moment là, a  précisé le chef de l'Etat, le conseil constitutionnel ne peut constater l'élection d'un président. Si aucune majorité ne s'est dégagée, dira le président, en faveur d'un candidat, la conséquence est que le vote est validé, que le calendrier est respecté, que la constitution est respectée, que toutes les lois organiques de la République sont respectées et que le peuple mauritanien n'est pas intéressé par ceux qui se sont présentés devant lui, et demande à ce que d'autres choix se représentent, plus tard devant lui. En pratique, ajoute le chef de l'Etat, c'est tout simplement qu'aucun candidat n'a obtenu la majorité absolue et que personne ne peut être déclaré président de la République et qu'une nouvelle date pour une élection présidentielle devra être déterminée par le gouvernement. Et en ce moment là, a-t-il poursuivi, il se créera une situation juridique nouvelle par rapport à la première. Et les choix seront ouverts pour les mauritaniens qui auront à choisir plus tard de nouveau.
Ce qui est ressenti comme une tentative de coup d’Etat sur la transition est vite contesté. D’abord par les membres du CMJD. Le colonel Ould Abdel Aziz qui est toujours commandant du BASEP menace de «balayer la présidence». Missions de bons offices et conciliabules politiques qui aboutissent à une nouvelle déclaration de Ould Mohamed Val qui accepte de revenir sur ce qu’il a dit et de le renier clairement.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire