samedi 16 juin 2012

Un Arabe à l’Académie française


«Il y a vingt-cinq ans, je suis entré sous cette Coupole pour la première fois. Je venais de publier un roman, vous m’aviez décerné un prix et invité, comme d’autres lauréats, à la séance publique annuelle. Elle était présidée par Claude Lévi-Strauss».
C’est avec ces mots que l’écrivain libanais, Amin Maalouf, a ouvert son discours d’entrée solennelle à l’Académie française ce 14 juin. Prenant, ironie de l’Histoire, la place 29 laissée vacante de Claude Lévi-Strauss. Mais c’est en juin 2011 que cet écrivain extraordinaire a été accepté dans l’enceinte sacrée.
L’évènement est de taille. L’homme qui a marqué avec «Léon l’Africain», «Les Jardins de Lumière», «Samarcande», «Les identités meurtrières», «Le rocher de Tanios», «Les Echelles du Levant» ou encore «Les croisades vues par les Arabes», cet homme-là a su puiser dans le patrimoine humain, celui qui a fait l’Orient et l’Occident et qui a fini par rayonner sur le Monde, pour prendre son lecteur dans un voyage à travers les âges, à travers les civilisations… Un voyage qui raconte les hommes dans ce qu’ils ont d’humain, de spontané, de naturel, mais aussi de valeurs, d’abnégation et de tolérance.
On est surpris quand on finit de lire «Les croisades vues par les Arabes» et qu’on se retrouve méditant ce passé sur lequel d’autres ont construit tant de remparts de haine et justifié tant de monstruosités, on est surpris par ce sentiment fait de pardon et de complaisance vis-à-vis de …l’ennemi.
"Après les roulements de tambours, les roulements de langue ! Cet accent, vous ne l’entendez pas souvent dans cette enceinte. Ou, pour être précis, vous ne l’entendez plus. Car, vous le savez, ce léger roulement qui, dans la France d’aujourd’hui, tend à disparaître a longtemps été la norme. N’est-ce pas ainsi que s’exprimaient La Bruyère, Racine et Richelieu, Louis XIII et Louis XIV, Mazarin bien sûr, et avant eux, avant l’Académie, Rabelais, Ronsard et Rutebeuf ? Ce roulement ne vous vient donc pas du Liban, il vous en revient. Mes ancêtres ne l’ont pas inventé, ils l’ont seulement conservé, pour l’avoir entendu de la bouche de vos ancêtres, et quelquefois aussi sur la langue de vos prédécesseurs."
L’éloge qu’il devait à son prédécesseur ne fut pas seulement l’occasion de l’oraison. Amin Maalouf en profite pour apporter quelques précisions sur son être, sa culture, ses desseins et sa compréhension du Monde.
"J'apporte avec moi tout ce que mes deux patries m'ont donné : mes origines, mes langues, mon accent, mes convictions, mes doutes, et plus que tout peut-être mes rêves d'harmonie, de progrès et de coexistence. Ces rêves sont aujourd’hui malmenés. Un mur s’élève en Méditerranée entre les univers culturels dont je me réclame. Ce mur, je n’ai pas l’intention de l’enjamber pour passer d’une rive à l’autre. Ce mur de la détestation − entre Européens et Africains, entre Occident et Islam, entre Juifs et Arabes −, mon ambition est de le saper, et de contribuer à le démolir. Telle a toujours été ma raison de vivre, ma raison d’écrire, et je la poursuivrai au sein de votre Compagnie."
Comme de tradition, c’est le plus jeune des Académiciens qui répond à l’entrant. C’est donc l'écrivain-diplomate Jean-Christophe Rufin qui déclare : "Toute votre œuvre, toute votre pensée, toute votre personnalité, c'est un pont entre deux mondes (...) qui portent chacun leur part de crimes mais aussi de valeurs. Ce sont ces valeurs que vous voulez unir. (…) Entrez ici avec vos noms, vos langues, vos croyances, vos fureurs, vos égarements, votre encre, votre sang, votre exil". Après avoir rappelé que c’est en suivant l’exemple de Maalouf "que je suis devenu romancier".
Symbole de cette double culture, l'épée d'académicien d'Amin Maalouf comporte en médaillons une Marianne et un Cèdre du Liban, selon les précisions rapportées par l’AFP. Sur la lame sont gravés les prénoms de sa femme Andrée, de ses trois fils, ainsi qu'un poème de son père. Une livre libanaise à son effigie a été émise en hommage au nouvel immortel.
Dernier passage que je voudrai partager de ce discours : «Jacqueline de Romilly froncerait les sourcils si j’omettais de dire que les choses ont commencé avec la Grèce antique ; quand Zeus, déguisé en taureau, s’en fut enlever sur la côte phénicienne, quelque part entre Sidon et Tyr, la princesse Europe, qui allait donner son nom au continent où nous sommes. Le mythe dit aussi que le frère d’Europe, Cadmus, partit à sa recherche, apportant avec lui l’alphabet phénicien, qui devait engendrer l’alphabet grec, de même que les alphabets latin, cyrillique, arabe, hébreu, syriaque et tant d’autres. Les mythes nous racontent ce dont l’Histoire ne se souvient plus».
Et pour finir, quelques citations :
«Est-ce vrai que dans votre pays il n'y a ni peintres ni sculpteurs ?
- Il arrive que des gens peignent ou sculptent, mais toute représentation figurée est condamnée. On la considère comme un défi au Créateur.
- C'est trop d'honneur qui est fait à notre art que de penser qu'il peut rivaliser avec la Création
(Léon l’Africain)
«Ne t'inquiète de rien, la réalité a deux visages, les hommes aussi». (Samarcande)
«Admirable marchandise que la parole, reprit il, comme si décidément l'expression lui plaisait. Elle ne pèse rien dans les soutes et si tu sais la monnayer elle peut t'enrichir.....
Mes paroles je ne les vends pas, je les distribue
» (Les Jardins de Lumière)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire