dimanche 24 juin 2012

Les Bleus à terre


C’est fou ce que l’équipe de France suscite de passions chez ses fans. C’est fou ce qu’elle provoque de commentaires acerbes, parfois injustes, souvent démesurés, chez les chroniqueurs et commentateurs sportifs.
En fait, ce sont toutes les passions françaises qui se déchainent à l’occasion de chaque match. Cela va des questions liées à l’immigration, à la mauvaise intégration des jeunes issus de cette immigration, à leur mauvaise éducation, aux écarts entre riches et pauvres, aux problèmes générationnels, à l’ethnie, à l’origine… tout y est quand on entend les commentateurs français parler d’un match de l’équipe nationale.
Cela doit participer à sa déstabilisation. On a vu l’équipe très bien se comporter devant l’Ukraine. On l’a vue remporter une victoire 2-0. Mais tous les critiques se sont enflammés contre Karim Benzema, le n°10, alors qu’il est l’auteur des deux passes qui ont permis de marquer. Des passes parfaitement dosées. On lui reprochait visiblement de ne pas marquer lui-même. Comme on a reproché à Salim Nasri et à Ribéry de ne pas avoir été assez collectif.
Le commentateur vedette en France, un gros bonhomme qui s’appelle Pierre Menez (Pierrot le foot) a moqué les prestations des trois hommes sur toutes les chaines où il était l’invité. Il a aussi dit qu’il ne comprenait pas pourquoi Laurent Blanc, l’entraineur, ne faisait pas appel à Ben Arfa, Giroud, M’Villa et le reste. Devant la Suède, Blanc aligne Benzema, Nasri, Ben Arfa et Ribéry. Catastrophe. Contre une Suède qui voulait gagner à tout prix, la France n’a rien pu faire. Mais c’est d’abord la défense qui a péché par trop d’assurance. Mexès s’est fait cartonner pour rien. Ça Pierrot ne le dit pas.
Et quand arrive la défaite devant l’Espagne, Pierrot et les autres ne parlent pas des dérives de Réveillère qui est le mieux noté par Pierrot après le match. Alors qu’il est à l’origine des deux buts : il s’est laissé dépasser dans la première action en tombant, et provoqué un pénalty dans la deuxième. Ribéry qui a été le plus grand au cours de ce match, a été mal noté (moins de 5), les autres n’en parlons pas. Mais on aurait dû parler de l’absence de Diarra qui a fait d’excellents matchs et qui a été mis à l’écart on ne sait pourquoi.
Je ne suis pas un supporter de l’équipe de France, mais je crois que l’essentiel de son apathie et de ses insuffisances lui vient de son public, à commencer par les journalistes et commentateurs sportifs. Ils sont méchants, trop méchants pour émettre autre chose qu’un avis destructeur.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire