samedi 21 avril 2012

Au pays du gâchis (6)


Il s’appelle ‘Beyd el Barka – littéralement «l’esclave de la Baraka». Un nom typique d’esclave de la société Bidhâne traditionnelle. Lui n’a jamais connu la condition servile franche. Il a vécu libre avec cependant une forte dépendance vis-à-vis de ceux qui sont supposés avoir été ses maîtres.
Sa forme rondouillette lui donne l’air d’un diminué mental. «Enveloppé», pour ne pas dire le mot «gros» qui vexe quelques-uns, ‘Beyd el Barka joue l’homme de milieu social modeste mais qui est de toutes les discussions. Rien ne lui échappe : aucun sujet ne lui est vraiment étranger, même s’il essaye d’abord de jouer l’innocent, l’ignorant qui découvre.
Tout le monde y trouve son compte. Ceux qui se plaisent encore à vivre les vestiges d’une aristocratie désuète et anachronique en se faisant servir par un plus faible sur lequel il est encore possible de déverser son trop plein de frustrations. Lui qui fait payer au plus fort le service qu’il rend et la compagnie qu’il propose.
Très vite on se rend compte qu’un éléphant ça trompe énormément… Quand on fait la somme de la journée – des discussions et des dépenses -, on se rend facilement compte que le perdant n’est pas ‘Beyd el Barka qui aura fait passer ses messages. Son rôle social lui donne le droit de ne pas mâcher ses mots. A chaque occasion, il aura rappelé combien la situation d’aujourd’hui était à son avantage, lui le descendant d’esclave qui travaille et produit, qui fait la politique à ses heures perdues, qui aide ici et là et qui milite pour une intégration entre anciens maîtres et anciens esclaves. Il ne rate jamais l’occasion d’amener la discussion autour du sujet, de culpabiliser ses interlocuteurs en les rendant responsables des fractures qui existent, de provoquer chez eux une colère qui en dit long sur leur incapacité à s’adapter et à faire face aux nouvelles règles de la vie.
A la fin de la journée, si l’on fait les comptes, c’est bien la poche de ‘Beyd el Barka qui aura été garnie au détriment des autres poches…
J’ai, dès les premières répliques de ‘Beyd el Barka, compris que j’étais en présence d’un esprit structuré, d’une personnalité politiquement formée, d’une intelligence éclairée… Quand il commence à me jouer la même partition que les autres, je lui dis franchement comment je le perçois. Au début renfrogné, il finit par éclater de rire. «Tu sais, quand je suis venu à Nouakchott pour la première fois, je suis allé dans la maison de mes parents Ehl Yessa. C’est là-bas où je me suis approché de Jemal et de Abderrahmane, des garçons brillants et très engagés. A l’époque, il y avait le MDI (mouvement des démocrates indépendants, mouvement de jeunes libéraux des années 80 et 90, ndlr). Même si j’ai refusé l’engagement politique pour lequel je n’avais pas le temps, j’ai appris beaucoup de choses de ces jeunes qui espéraient défaire notre monde. Après, j’ai dû rentrer chez moi. Grâce à mes parents, j’ai eu un boulot dans une boîte locale qui m’a permis de m’installer parmi les miens, de les aider à évoluer, à changer…»
C’est, selon lui, sa manière de participer aux changements sociaux, «à la révolution qui doit être calme et douce». Discuter, remettre en cause, rassembler, libérer, émanciper… en douceur.
En attendant, la préoccupation de ‘Beyd el Barka, en ces jours de visite présidentielle, c’est de trouver Hacenna Ould Ahmed Lebeid, l’homme d’affaires envoyé à Foum Legleyta par le parti UPR (union pour la République) pour organiser l’accueil. Notre homme le cherche, mais l’envoyé est introuvable. Ni la veille, ni le jour-même.
Il finit par dire, et il a raison de le dire, qu’il ne sait pas quelle est l’utilité de ces envoyés sur des terrains conquis, à «des populations qui viennent à Mohamed Ould Abdel Aziz et non à son parti… que de gâchis !»

Aucun commentaire:

Publier un commentaire